Côte d’Ivoire : et si Ouattara se passait de Bédié ?

Le prochain gouvernement ivoirien, qui aura pour mission de préparer la présidentielle de 2020, sera très politique.

Depuis la dissolution du précédent gouvernement, le 4 juillet, les négociations entre le président Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié sont difficiles. Les tensions avaient déjà été exacerbées, le 17 juin, par le refus du bureau politique du PDCI d’adhérer au projet de parti unifié.

Les deux alliés ne se sont pas adressé la parole depuis plus de dix jours, et le chef de l’État a ordonné l’arrêt des travaux de l’église Sainte-Anne de Pepressou, que finance la présidence dans le village du patron du PDCI. (…) Certains cadres essaient de jouer les émissaires mais Bédié a fait savoir qu’il préférerait perdre quelques portefeuilles ministériels que de céder sur la question de l’alternance en 2020. »
Vu sur Jeune Afrique.com;
Réservé aux abonnés | 08 juillet 2018 à 15h01 | Par Jeune Afrique

Autre phrase reprise de l’article sur jeune Afrique :« Je préfère perdre quelques postes ministériels que de céder sur la question de l’alternance en 2020.. »

Explication : Je ne veux plus donner quelques ministres. Je veux être celui qui nomme les ministres.

Le problème de ces gens, c’est donc juste d’être au pouvoir, pas de régler le problème des ivoiriens.

Que dit le PDCI sur le déguerpissement brutal de certaines populations qui dorment désormais au cimetière ?
Que dit le PDCI des prisonniers politiques détenus depuis plus de sept ans ?
Que dit le PDCI de l’exil de milliers d’ivoiriens qui dure depuis plus de sept ans ?

Ou bien, c’est vraiment juste le pouvoir qui intéresse le PDCI ?

Avec Alexis Bayoro Gnagno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *