Un peu de bon sens!

J’ai eu peur qu’il vole au secours du couple Buzyn-Lévy, mais il a été très clair dans son soutien au Pr Raoult : Dépister et soigner vite les atteints afin qu’ils n’encombrent pas les services de réanimation quand la maladie est très avancée.
En plus du traitement à la chloroquine, le professeur Raoult prône le dépistage massif, comme en Corée du Sud, où malgré une forte épidémie, il n’y a eu que très peu de morts (moins de 100), et pas de confinement généralisé. Dépister, « c’est du bon sens », estime l’infectiologue. « Pour l’instant, les cas graves sont ceux qui ne sont ni détectés, ni traités et qui arrivent avec une insuffisance respiratoire très grave, détaille-t-il. Ils vont directement en réanimation et ils vont mourir là-bas. Si on dépiste et que l’on traite les gens précocement il y a forcément plus de chance de les sauver que 48 heures avant la phase terminale ». Selon lui, l’absence de dépistage généralisé n’est pas une question de stratégie, mais de “choix politique”.
Yahoo.com

A cela le ministre/médecin Olivier Véran réplique : « J’ai autorisé la prescription collégiale, sous la responsabilité du médecin, de traitement par hydroxychloroquine aux malades les plus graves » @olivierveran

Moralité, quand le malade sera trop malade, la chloroquine ne servira plus, et donc place libre pour attendre fin avril les résultats prometteurs des vaccins et autres articles de santé des lobbies pharmaceutiques !
A croire que le gouvernement veuille se débarrasser des populations à risques, personnes âgées pour ne plus payer les retraites !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *