repris sur Tweeter, des nouvelles d’Israël

Des nouvelles d’Israël, c’est à dire des nouvelles de ce qui nous attend, puisque jusqu’à présent Israël a toujours constitué une fenêtre ouverte sur notre avenir.
traduction d’une série de tweets d’une israélienne Gal. G

Je sens que nous devons prendre un moment et vous expliquer ce qui se passe en #Israël aujourd’hui. Tout est si rapide et fou, mais Drapeau d'Israël est une bande-annonce maintenant à bien des égards, et donc si vous voulez du temps pour vous préparer – lisez attentivement ce qui suit.
C’est le chaos total en Israël aujourd’hui. Omicron n’a pas suffisamment effrayé les parents pour vacciner les enfants de plus de 5 ans, et les équipes de vaccination qui sont venues dans les écoles n’ont pas fait le job non plus.
La folie passe donc à la vitesse supérieure. Vous connaissez le discours de Macron sur l’intimidation. Ce discours a fait l’effet d’un coup de sifflet, appelant tous les fascistes de la sphère publique à se réveiller et à appeler ensemble notre gouvernement à  » faire comme Macron  » et « pourrir la vie des non vaccinés ».
Les éditoriaux se sont succédés – appelant à éloigner, exclure, marquer, dégrader, compliquer et aussi emprisonner à l’écart de la société  » les non vaccinés.  » Et ce n’était que le terrain d’incitation sur lequel tout repose, la préparation de la société. Des voix ont commencé à parler du covid dans un langage militaro-sécuritaire, les autorités chargées de la *sécurité* ont été invitées à dialoguer avec les *parents*, et les directeurs d’école ont demandé aux parents de traiter l’école comme une zone militaire fermée (à eux).
Pendant quelques jours, il semblait y avoir de l’espoir, de plus en plus de gens se sont « réveillés » pour réaliser que la demande d’un 4ème rappel n’avait pas de sens; ils ont remis en question le Pass, soulevant la possibilité que l’omicron nous vaccine naturellement. Soudainement, du jour au lendemain, il y a eu à nouveau un changement brutal de langage dans le discours public – les MSM ont commencé à traiter toute critique de la politique du COVID et/ou toute opposition au vaccin comme des délits de *sécurité nationale* (qui sont, en Israël, punissables de mort ou de prison à vie.) C’est sans précédent et très frappant. Cela affecte également la place donnée aux voix critiques et leur nombre.
Ensuite, les règlements, ainsi que les communiqués, n’ont pas cessé de changer. Pendant un moment, les centres commerciaux ont fermé pour les non-vaxxés, puis ils ont ouvert, puis fermé d’une autre manière. Pareil pour l’éducation, les services de santé, les frontières, etc.
La plupart des bureaux du service public – ne sont ouverts qu’avec un pass. Les tribunaux sont silencieux et soutiennent cette politique. * En tant qu’avocate… J’ai perdu toute confiance dans le système juridique dont j’ai fait partie pendant de nombreuses années.
Règlement sur le pass et les masques – resserré. Nos enfants de plus de 6 ans sont obligés de porter des masques à toute heure de la journée à l’école, pauses comprises. Les masques sont requis maintenant à l’intérieur d’un bâtiment et dans un espace ouvert avec plus de 50 personnes.
Le pire de tout, c’est que la police civile – vos voisins, vos collègues, vos professeurs, vos amis et de parfaits inconnus dans la rue – vous obligent à mettre un masque, chaque prestataire de services vous demande de présenter des documents d’exemption médicale.
Le pass est partout en Israël. Quiconque exige une certaine « normalité » dans un espace de travail, dans le milieu universitaire, dans le divertissement et même dans l’éducation des mineurs fait ce qui lui plaît dans ce contexte. Il est permis d’être aussi strict que l’on veut
Les enseignants passent demandent aux élèves de se signaler et de s’identifier comme vaccinés ou non, parfois en marquant avec des bracelets, parfois en divisant en groupes à gauche et à droite, parfois en déclarant le bus scolaire « uniquement pour les vaccinés et les guéris »
Puisque la plupart des « infectés » en Israël en ce moment sont vaccinés (et encore nombreux sont ceux avec la grippe) – ils ont probablement dû trouver un moyen de cacher les données par des tests sélectifs. Et c’est l’enfer pour les parents.
S’il y a exposition à un « covid vérifié » – les élèves vaccinés peuvent faire un autotest antigénique à domicile et retourner à l’école, mais les non-vaxxés doivent faire un test supervisé et même s’il est négatif, ils restent une semaine à la maison. Sans suivi scolaire. Bien sûr – cela va biaiser les données en raison de la différence dans les critères de test – mais c’est aussi une punition injuste et complètement hors de propos pour de jeunes enfants. Très jeunes cette fois.
De plus, les informations sur chaque test Covid (informations médicales prétendument confidentielles) sont transmises directement du laboratoire au ministère de la santé et, dans le cas des mineurs, également au cadre éducatif (parfois les autres parents sont au courant).
Dans chaque cadre éducatif, des « administrateurs Covid » ont été désignés, qui appliquent les directives dans les écoles et les jardins d’enfants, empêchent l’entrée de parents sans pass, surveillent le port du masque et testent les enfants s’ils décident qu’il y a eu « exposition ».
Parfois, les enseignants prennent l’initiative et désignent également des enfants comme  » administrateurs Covid « , qui superviseront ainsi leurs camarades de classe.
Le discours entre parents et élèves sur ce sujet s’intensifie…. Honnêtement, il semble que quelqu’un ait activé un détonateur dans l’esprit de nos amis et voisins – et les ait rendus extrêmement cruels et fous, sans même le moindre bon sens ou la moindre décence.
La quasi-totalité de l’économie est arrêtée et fonctionne mal avec ces assignations à résidence artificielles et sélectives (confinements / quarantaine), et ce malgré le fait que la société en Israël est vaccinée 3 doses à des pourcentages très élevés, et a entamé la dose 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *