Sainte Corruption, priez pour nous !

LES COMPTES GELÉS DES PRO GBAGBO

Ce que beaucoup ne savent pas, c’est que début 2012, Hamed Bakayoko proposait le dégel des comptes de certains pro Gbagbo et en contrepartie, il gardait par dévers lui 70% des montants. Certains ont accepté ce marchandage honteux car ils n’avaient d’autre choix.

Ceux qui refusaient ce deal se résignaient à se nourrir de mendicité. Mais entre temps, les comptes, bien que gelés, sont vidés de leur contenu.

Marcel Gossio avait poussé un cri d’indignation quand on lui avait proposé ce deal, il y a quelques années. La fille de Christine Adjobi me confiait dans le temps que le compte de sa mère était vide à sa sortie de prison et ce n’est pas un cas isolé. Tous ceux qui sont encore en exil et qui ont refusé le deal des 70% de Hamed Bakayoko peuvent attester de cela.

Parce qu’en principe, aucun mouvement ne peut être fait sur un compte gelé mais vous pouvez auprès de vos gestionnaires consulter votre solde.

Cette stratégie a été aussi utilisé dans le cadre de l’affaire de l’agro-business. Le régime Ouattara après avoir gelé les comptes des sociétés s’est servi des fonds pour prétendument rembourser les souscripteurs. C’est totalement illégal et abject.

Un ainé avec qui j’en parlais me disait justement : » Que mon compte soit gelé éternellement. Je n’ai pas affaire à Ouattara mais à ma banque car au jour du dégel, elle devra me rembourser mon argent sinon elle sera poursuivie en justice ».
Steve Beko

________________

 

 Le cas du professeur Degni Segui

Violation des droits humains: Dégni Ségui victime d’un harcèlement politico-judiciaire
«Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue. Ce droit comprend : (…) le droit d’être jugé dans un délai raisonnable par une juridiction impartiale», article 7 de la Charte africaine des Droits de l’Homme. Bientôt trois ans que les avoirs de René Dégni Ségui, ancien président de la Ligue ivoirienne des Droits de l’Homme (Lidho), sont gelés à l’instar de ceux de plusieurs personnalités proches Laurent Gbagbo. Pour protester contre la violation de ses droits, le professeur Dégni Ségui a intenté une action en justice. Lundi dernier, le juge des référés s’est déclaré incompétent.
Me Colette Schildknecht, l’avocate française au barreau de Strasbourg, s’est dit surprise de la décision. «Je ne comprends pas cette décision. Je suis surprise », a-t-elle réagi au téléphone. L’avocate française est d’autant plus stupéfaite que, selon toute vraisemblance, des ponctions ont été effectuées sur le compte. «Il a demandé un relevé bancaire qui lui a permis d’avoir le solde de son compte. A la suite de cela, il a émis un chèque qui est revenu impayé pour insuffisance de provision», a-t-elle expliqué.
Selon des sources proches de la scolarité de l’Université Félix Houphouet-Boigny de Cocody, René Dégni Ségui a été mis à la retraite anticipée. Grâce à ses compétences avérées, la direction de l’université avait prévu de signer un contrat avec le professeur afin qu’il continue de dispenser des cours. Ça n’a malheureusement pas été le cas.
Dans l’impossibilité d’accéder à ses fonds et mis à la retraite anticipée, Dégni Ségui est également interdit de sortir du pays à l’instar de la plupart des ex-collaborateurs ou supposés proches du président Gbagbo. Comme par hasard, Sylvain Dégni Ségui, le fils de l’ancien président de la Lidho qui était médecin à la Fonction publique, a été remercié. Sa fille qui travaille à l’Organisation internationale du cacao (Icco) a été rétrogradée.

La vérité, c’est que l’ancien président de la Ligue ivoirienne des Droits de l’Homme est victime d’un harcèlement politico-judiciaire. Jusque-là, si l’homme n’a pas accès à ses comptes, c’est parce qu’il refuse de faire la courbette aux nouvelles autorités.

César Ebrokié ebrokie2@yahoo.fr, rappelé par Steve Beko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *