Décès du ministre de LG, Jean-Jacques Béchio

L’ex ministre Jean-Jacques Bechio nous a quitté hier.

Âgé de 68 ans, l’homme politique laisse derrière lui 4 enfants et un pays déchiqueté . Après avoir subi un traitement bestial en 2011 des milices de dramane ouattara ( voir photo) , il échappe à nouveau à un enlèvement en 2015 dans le cadre de ses activités et en tant que porte-parole de la Cnc. Il n’échappera pas longtemps au désormais destin commun à tous les démocrates et amis de la vérité et la justice en Côte d’ivoire : la mort.
Il s’inscrit ainsi sur la longue liste de ce régime sanguinaire et génocidaire : Bohoun Bouabré, Gomon Diagou, Yapo Atsain, Basile Mahan Gahé, Ben Soumahoro Dago Koudou et j’en passe.
Repose en Paix monsieur le ministre.
Même si nous restons 2, nous récupérerons ce qui nous revient de droit, la terre de nos ancêtres, la Côte d’ivoire ! 
Zika Karol Epse Serikpa

 L’image contient peut-être : une personne ou plusL’image contient peut-être : 1 personne

Jean Jacques BECHIO était malade! Depuis sa sortie de prison, il avait demandé au régime Ouattara le dégel de ses comptes bancaires afin qu’il puisse se soigner. Malheureusement, ses comptes, bien que gelés avaient été vidés par le pouvoir.

En désespoir de cause, il avait réclamé qu’on lui permette de sortir du pays afin que certains de ses proches en Europe puissent l’aider. Il avait essuyé un autre refus du pouvoir.
Privé d’argent et donc de soins, il a attendu la mort a son domicile. Celle-ci est effectivement passée hier à 2h dans son lit.
Merci au régime Ouattara!

Quand vous tabassez une personne impunément pendant des jours.
Quand vous la gardez en prison deux ans sans la juger ni lui dire ce qui lui est reproché.
Quand vous prenez le soin, en dehors de toute procédure légale de vider son compte bancaire.
Quand en dépit de tout cela, la sachant malade, vous refusez qu’elle sorte du pays afin de se faire soigner par des âmes généreuses.
Quand cette personne privée de soins en vient à décéder,

ce n’est pas une MORT NATURELLE mais un ASSASSINAT!
Steve Beko

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

« malgré ses défauts » ! Celui en l’occurrence d’avoir été solidaire jusqu’au bout du Président Gbgabo à la Présidence, et de n’avoir pas sauté par dessus les clôtures pour rejoindre l’Hotel du Golf ou une ambassade étrangère! Vos condoléances sont bien maigres, Adjudant Beugré, vous qui préfériez vous réfugier dans l’anonymat d’un pseudonyme paramilitaire en accompagnant vos amis de la rébellion !
Shlomit

Hommage au Ministre Jean Jacques BECHIO.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros planL’image contient peut-être : 1 personne, gros plan

Je ne l’ai vraiment connu qu’en 2015 pendant les assises des pro Gbagbo dont il a fait partie pour avoir eu le malheur d’être arrêté à la Résidence Présidentielle en même temps que le couple Gbagbo.

Je me rappelle encore de la violence dont il a fait l’objet au cours de son arrestation et son transfèrement au Golf Hôtel en 2011 puis sa difficile détention. Mais ce que je retiens du Ministre BECHIO, c’est sa dignité et son courage à assumer ses amitiés, ses actes et ses choix.
Après Madame la Première Dame Simone Gbagbo, le Ministre BECHIO a eu l’une des plus brillantes et courageuses interventions devant la Cour d’Assises de 2015, à laquelle il a rajouté une qualité d’éloquence.

À la fin de son intervention, j’ai tenu à aller lui serrer la main et lui dire toute mon admiration et j ai pu lui prononcer ma fameuse phrase que je dédiais souvent à feu Ben Soumahoro : Il y a encore des hommes dignes en Côte d’Ivoire.

Je prie que les jeunes générations que nous constituons immitent ces personnes dignes et n’aient pas pour seule boussole que la quête de l’argent et du pouvoir à tout prix.

Monsieur le Ministre BECHIO, partez en paix l’âme apaisé car vous avez été digne jusqu’à votre denier souffle et la Côte d’Ivoire vous le reconnaîtra un jour.

Votre jeune Ange Rodrigue Dadje, avocat

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantesBastonné, humilié, emprisonné et torturé pour avoir voté L.GBAGBO en 2010, le ministre Jean Jacques Bechio (JJB), l’houphouetiste éclairé, a au terme de son calvaire rendu l’âme.

Mort dans le dénuement, car privé de ses propres avoirs financiers gelés sous ordre du dictateur Dramâne Ouattara, le patriote JJB quitte ainsi la terre de ses ancêtres, son pays.
Son décès inopiné bouleverse les Ivoiriens, dotés d’humanité, et interpelle sur le caractère maléfique du régime en place, le Rhdp qui imbu de rancoeur, de haine vengeresse, de méchanceté noire sème désolation et malheur dans nombre de familles ivoiriennes.
Le RHDP, ce groupement de « sorciers » s’est révélé au lendemain du 11 avril sous son vrai jour, un monstre froid qui dévore systématiquement les dignes filles et fils ivoiriens. En vérité le Rhdp est une calamité bien pire que les dix plaies d’Égypte, qui aura cours jusqu’au jour où les ivoiriens sortiront de leurs torpeurs pour se débarrasser du pharaon Dramâne Ouattara.
Seulement ainsi regagneront-ils leur liberté et leur dignité confisquées. Mais en attendant que ce jour nouveau se lève, que ce rêve voit le jour, apitoyons-nous sur notre sort, pleurons nos morts, pleurons JEAN JACQUES BECHIO, et prions pour le repos de son âme.
ADIEU PATRIOTE JJB. La Côte d’ivoire ne t’oubliera de sitôt !

DEUIL-HORREUR:
ILS ONT ENFIN TUÉ JEAN JACQUES BECHO.

JJB , comme l’appelaient ses camarades de la MEECI(mouvement d’ élèves et d’étudiants ivoiriens ) dont il fut le Secrétaire Général en 1970. JJB n’est plus de ce monde. JJB est mort. JJB c’est le monsieur ATTIÉ d’ethnie, sur qui les rebelles faisaient du karaté le 11 avril 2011 à l’hôtel du Golfe, après le bombardement de la résidence du président GBAGBO où il était.

La suite, il a passé 20 mois et 09 jours en prison, car libéré le 20 décembre 2012. Là-bas, il recevait des tortures inhumaines tous les matins , comme le petit déjeuné. JJB fut non seulement un digne combattant , mais aussi un brillant homme politique.

À 34ans , c’est à dire en 1983 , il était déjà porte parole du gouvernement sous Nanan Boigny. À 41ans il fut nommé ambassadeur de la Côte d’Ivoire à l’ONU, où il a une fois présidé le conseil de sécurité(affaire Irak). Les tortures des SBIRES du RHDP ont fini par le ronger, à 68ans , il n’est plus. Pour avoir épousé l’idéologie politique de son ami de Lycée, le Pr Gbagbo , il l’ont tué.

JJB fut Excellent énarque, syndicaliste, diplomate, homme politique et combattant. Condoléances à nous tous . Adieu, adieu et adieu grand homme de la justice . La lutte continue.
Gala Kolebi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *