Mr « je ne sais rien » sauf « je suis le Prado » !

M. OUATTARA : L’HOMME QUI NE SAVAIT JAMAIS RIEN

Les ivoiriens découvrent de plus en plus qu’ils sont dirigés depuis 8 années par un fieffé menteur qui n’hésite pas à feindre l’Alzheimer lorsqu’il est mis devant le miroir de sa mauvaise gouvernance. Illustrations

– En septembre 2015, M. Ouattara en visite dans l’Indenié Djuablin est interpellé par un journaliste sur l’emprisonnement de l’opposant Assoa Adou. Le chef de l’État marque sa surprise. Devant le public médusé, il demande à son ministre de l’intérieur d’alors Hamed Bakayoko si M. Adou est rentré d’exil. Ouattara ne savait pas, il a su mais M. Adou est toujours en prison.

– En juin 2013, le FMI épingle M. Ouattara sur les mauvais résultats de la douane qui vient de réaliser une moins-value de 46,36 milliards fcfa. Le FMI accuse ouvertement Web Fontaine, société appartenant au gendre de Ouattara. La société suisse Webb Fontaine Holding S.A, une société enregistrée à Dubaï avec siège social à Genève (Suisse) et dont la filiale ivoirienne s’est vu octroyer, depuis mars 2013, par gré à gré, une série de contrats opaques (douane, ports et aéroport) dans le marché du contrôle et la vérification des importations. Quand des années plus tard, Fanta Catherine Ouattara et M. Senger se séparent, Web Fontaine perd le marché. Ouattara ne savait pas que M. Senger était son gendre.

– En Octobre 2012, la lettre du continent révèle que Bintou Toungara- Kamara, la fille de Adama Toungara dirige plusieurs sociétés dont son père est le propriétaire. Ses sociétés ont obtenu plusieurs marchés de gré a gré avec le ministère des mines dirigé par son très cher et tendre papa. Ouattara ne savait pas. Quand il a su, M. Toungara a été sanctionné, il est devenu Grand Médiateur de la République.

– Octobre 2014, la presse se fait échos d’un déplacement au USA du premier ministre Daniel Kablan Duncan. Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour. Le budget initial alloué était initialement fixé à 250 millions F CFA, mais finalement, le voyage aura coûté 400 millions de F CFA aux contribuables ivoiriens. M. Ouattara ne savait pas. Quand il l’a su, le pauvre Lucien Kouassi Oka, le directeur administratif et financier de la Primature, a été relevé de ses fonctions. Duncan a été sanctionné : il est devenu vice-président.

– En mai 2017, M. Ouattara reçoit les soldats mutins qui disent renoncer à leurs primes. Dans une mise en scène digne des monarchies les plus dictatoriales, les soldats l’appellent « papa » et annoncent ne plus vouloir d’argent. La même nuit, les bruits de bottes se font entendre à Bouaké. Les soldats dénoncent la mascarade. Ouattara ne savait pas que c’était une mise en scène. Il est contraint de payer les 17 millions par mutins.

– Juin 2018, M. Ouattara reçoit un rapport de l’inspectorat général d’État. Celui-ci est accablant. Il décrit une fraude généralisée aux concours administratifs. M. Ouattara se fâche. Depuis qu’il est au pouvoir, il ne savait pas qu’il y avait une fraude aux concours.

– Je vous laisse ajouter ce que M. Ouattara ne sait pas d’autre.

M. Ouattara ne sait pas que les Bondy ont dormi dehors des années. Il ne sait pas que les populations de Danga sont dehors. Il ne sait pas qu’il n’y pas d’eau à Bouaké. Il ne sait pas qu’il y a des prisonniers politiques. Il ne sait pas qu’il n’a pas encore construit 5 universités et 65 milles salles de classes. En fait, depuis des années, les Ivoiriens sont dirigés par un homme qui ne sait absolument rien. Mais nous, nous savons une chose : en 2020, nous allons nous séparer de lui et de sa clique. #EpiCèTout

NB: La meilleure manière de lutter contre la censure est de partager les publications.
Kyria Doukoure
2 juin,

____________________

INTERVIEW EXCLUSIVE KYRIA DOUKOURE

 L’image contient peut-être : 1 personne, gros planC’est la nouvelle coqueluche des réseaux sociaux en Côte d’Ivoire. Toutes ses publications attirent des milliers de commentaires. Et pourtant, il y a quelques jours, elle a été éjectée d’un groupe populaire du pays pour avoir accusé gravement le premier ministre Amadou Gon dans la corruption aux concours administratifs. Quelques jours après, le Chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara recevant un rapport de l’inspectorat d’état tançait ses ministres. Entretien avec Kyria Doukoure…

Vous êtes la nouvelle coqueluche de la blogosphère ivoirienne…
Non je ne crois pas que je le sois. Je pense que la véritable coqueluche, c’est la vérité. Si vous avez le souci de la vérité, les gens adhèrent à votre discours. Regardez les patronymes des personnes qui commentent mes publications et vous remarquerez qu’il y en a de toutes les régions de notre pays. Le discours tribaliste est en train de s’estomper face à l’évidence des faits.

Comment on s’arrange pour critiquer vertement le régime quand son parti est représenté dans toutes les arcanes du pouvoir ?
Vous savez, tous les partis politiques sont au pouvoir depuis au moins 2002. Mais cela n’a pas empêché la campagne présidentielle de 2010 et les charges contre l’ancien régime. Après vous devez comprendre que les cadres sont au pouvoir mais pas les militants. Patrick Achi, Kobenan Adjoumani qui totalisent plus d’une décennie au gouvernement sont au pouvoir. Mais allez poser la question au militant PDCI de Bouaké qui n’a plus d’eau depuis des semaines s’il se sent au pouvoir. Je ne crois pas que le militant PDCI de Cocody Danga ait la sensation d’être au pouvoir. Pourquoi le militant ne pourrait pas critiquer le pouvoir alors qu’il subit chaque jour les conséquences des choix hasardeux du chef de l’État ?

Vous ne pouvez pas non plus affirmer que vos cadres, ceux du PDCI RDA n’ont aucune responsabilité dans les dérives que vous décrivez…
Je suis sympathisante du PDCI RDA. Est-ce que j’ai la possibilité de changer un ministre si je ne suis pas satisfaite de son rendement ? Non, bien entendu. Nous sommes dans un régime présidentiel fort et la personne qui est élue et responsable devant les ivoiriens est M. Ouattara. C’est le seul qui a la possibilité de virer un ministre s’il n’est pas satisfait. Alors ceux qui sont au gouvernement sont ceux qui donnent satisfaction au Chef de l’État. Si c’est le peuple qui décidait, beaucoup seraient déjà virés. Je ne suis pas solidaire de la politique qui est appliquée même si des choses intéressantes ont été réalisées.

Pourquoi êtes-vous opposée au parti unifié ?
– Je n’en vois ni l’utilité ni la pertinence. C’est juste une manœuvre dilatoire. Je ne suis pas la seule à être opposée. Mon parti l’est aussi.

 C’est qui le candidat du PDCI RDA en 2020 ?
C’est le congrès qui est habilité à désigner le candidat du parti.

Henri Konan Bedié ?
Je ne crois pas qu’il sera candidat. Je ne souhaite pas qu’il soit candidat. Le PDCI RDA a besoin de se renouveler. Il faut faire la place aux plus jeunes pour relever les défis à venir ?

L’ancien ministre du commerce, Jean Louis Billon alors ?
Cela peut être lui comme une autre personne. Ce ne sont pas les compétences qui manquent au parti. Ils sont nombreux ceux qui peuvent valablement défendre les couleurs du parti. Ne limitez pas cette question à une problème de personne. Le plus important c’est ce que nous sommes capables de proposer aux ivoiriens.

Une candidature de l’actuel président de l’Assemblée Nationale, Soro Guillaume présentée comme celle des jeunes ne vous séduit pas ?
Je suis factuelle. M. Soro Guillaume est encore vice-président du RDR et participe aux réunions de son parti. Lorsqu’il se décidera à prendre ses distances avec ce parti, tout deviendra possible.

Vous n’êtes donc proche d’aucun cadre de votre parti ?
J’essaie d’être proche des préoccupations du peuple. C’est le plus important pour moi actuellement.

Le Chef de l’état a confirmé la possibilité qu’il soit candidat pour une 3ème mandat…
C’est son problème à lui. Pas le mien. Ce qu’on lui demande, c’est de créer des conditions idoines pour des élections libres, démocratiques et transparentes. Reformer la Commission Électorale indépendante est la première étape.

Qu’est-ce qui vous fait courir au fait ?
Aucun intérêt personnel. Je ne suis candidate à rien. J’ai un travail stable ! Mais on ne peut pas regarder son pays souffrir sans se sentir concernée. J’essaie d’être une bonne citoyenne.

Vos critiques épargnent l’ex chef de l’État Laurent Gbagbo. C’est une stratégie pour avoir la faveur de ses partisans ?
Pourquoi devrais-je critiquer une personne qui n’est pas au pouvoir ? C’est la ligne de défense des militants RDR de rendre ce dernier responsable de tous les travers du pouvoir actuel. Je pense à mon niveau que c’est une posture irresponsable et d’ailleurs les ivoiriens ne sont pas dupes. D’ailleurs je souhaite qu’il soit libéré pour participer à la réconciliation dans notre pays. C’était une erreur de l’envoyer à la CPI et nous le constatons tous aujourd’hui. Nous n’avons pas voulu juger les criminels supposés de notre camp alors il faut rendre à tous les autres la liberté. C’est ce qui est juste et bon.

Vous ne craignez pas que le président Bedié ratifie le parti unifié ?
Je ne crois pas qu’il soit dans cette dynamique.

Vous n’avez pas peur des répercussions de votre engagement politique ?
Je suis une grande peureuse. C’est d’ailleurs parce que j’ai peur que je parle vite afin d’avoir tout dit avant de mourir (rires…) Plus sérieusement, j’avoue recevoir des menaces mais c’est de bonne guerre. Quand ils seront fatigués de me menacer, ils vont essayer de m’acheter.

Votre dernier mot ?
A bientôt #ÉpiCèTout (rires…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *