Libérez Serges Koffi

À GÉOMÉTRIE VARIABLE.

L’image contient peut-être : 1 personneFiacre Franck Ebiba Yapo, cyberactiviste connu sous le nom de Serge Koffi le Drone, a été arrêté, manu militari, le jeudi 7 mai 2020, à Yopougon (photo).

Présenté comme un militant du FPI et pro-Gbagbo, il était activement recherché depuis qu’il a lancé, sur les réseaux sociaux, un appel pour empêcher l’installation, le 5 avril, du site de dépistage du coronavirus au quartier Toits Rouges.

Cette célérité et cette prouesse des forces de l’ordre sont à géométrie variable. Car, le mandat d’arrêt émis, le 26 janvier 2020, par le procureur de la République contre deux individus accusés d’être du RHDP et pro-Ouattara (Kamagaté Youssouf et Soumaïla Yéo) n’a jamais été exécuté.

Sur les réseaux sociaux, ces deux personnes s’étaient opposées radicalement à la « marche priante » des chrétiens de l’archidiocèse d’Abidjan prévue le 15 février 2020, qu’ils ont considérée comme une manifestation dirigée contre le pouvoir.

Par conséquent, ils sont sortis de leurs gonds pour lancer des appels aux meurtres d’un, des chrétiens pour Kamagaté Youssouf et de deux, des Bheté et Baoulé (présentés comme des adversaires du régime Ouattara), pour Soumaïla Yéo.

Depuis bientôt quatre mois, les forces de l’ordre, à leurs trousses, sont toujours revenues bredouilles. L’affaire est finalement tombée dans l’oubli surtout que ces prétendus soutiens du pouvoir ont réussi dans leurs menaces et chantages: la « marche priante pour la paix en Côte d’Ivoire » a été annulée; mieux, ils sont restés impunis.

Leçon à tirer en paraphrasant Jean de La Fontaine: Selon que tu es proche du pouvoir ou de l’opposition en Côte d’Ivoire, les jugements de cour te rendront blanc ou noir.
Par Bally Ferro

Solidarité pour Serge Koffi

48 heures déjà que, Serge Koffi-Le Drone, foncièrement engagé à combattre la mort pour la vie, à travers ses posts courageux, documentés et empathiques, a été kidnappé manumilitari par des individus qui agiraient vraisemblablement sur ordres de « la police scientifique ».
48 heures que son épouse vit un grave trouble du comportement, des suites des violences vécues lors de l’arrestation de son mari. 48heures que l’épouse du combattant passe des nuits blanches, se réveille en sursaut lorsqu’un frêle sommeil tente de s’emparer de ses paupières. Retranchée la journée dans son coin, comme un fauve apeuré, la femme de « Zone Centre » vit un traumatisme qu’elle traînera peut-être pendant longtemps, même après la libération du combattant.
48heures aussi que se met en place une chaîne de solidarité autour de ce militant de la JFPI de la fédération de Yopougon et qui pour des raisons de sécurité à l’époque avait pris le sobriquet de « Zone Centre » en référence à la zone de la fédération de lazone de Yopougon dont il assurait la communication et la visibilité sur la toile.
48heures enfin que Ettien Amoikon, Koné Boubakar, Maurice Lohourignon, Desirée Douati (liste non exhaustive) organisent une chaîne de solidarité autour de Serge Koffi.
Pour l’instant, à en croire nos sources, Maître Dakaud à donné son accord de principe pour la défense du camarade. Il pourrait être rejoint par d’autres talentueux avocats qui ne manqueront pas de manifester de l’intérêt pour le dossier de celui qui depuis 2011 donne le meilleur de lui-même dans cette lutte des Ivoiriens dignes contre la mort pour la vie.
Merci à tous ceux qui consacrent, depuis ces 48 dernières heures, leurs efforts, à quelques niveaux qu’ils se situent, à ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Serge Koffi le Drone.
repris sur FB

DÉCLARATION DU COFED( le collectif des femmes et parents des détenus de la crise post électorale) SUITE À L’ARRESTATION DU CYBER-ACTIVISTE Serge Koffi.

Le jeudi 07 mai 2020, nous avons appris à travers les réseaux sociaux, l’arrestation par les hommes armés, du cyber-activiste pro-Gbagbo Serge Koffi dit « le drone », de son vrai nom YAPO Ebiba Franck Fiacre.

Jusque-là nous n’avons aucune information exacte sur son lieu de détention et aucun membre de sa famille ne sait ou il se trouve.

En attendant de savoir les raisons de cette énième arrestation, le COFED condamne avec la dernière énergie cet acte qui relève d’un autre âge.

Le COFED interpelle les organisations des droits de l’homme sur cette arrestation qui constitue une atteinte grave à la dignité humaine et une violation au droit de l’homme.

Le COFED par la même occasion demande au régime Ouattara de libérer Serge Koffi le drone.

Fait à Abidjan le 09 Mai 2020
Pour le COFED
La Présidente Simone Datte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *