Letre ouverte à Kandia Kamara

Lettre Ouverte à madame Kandia Camara, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle,

Madame le Ministre,

Je viens à l’instant de finir de lire le communiqué du ministère de l’Education Nationale concernant les fautes d’orthographe retrouvées dans les livres du CP2, signé de votre directeur de cabinet monsieur KABRAN Assoumou.

Il est écrit que votre ministère a constaté la présence de quelques fautes dans les livrets d’exercices intitulés « Mon Cahier Quotidien, revu et corrigé pour les classes des Cours Préparatoires 1ere et 2eme années version 2019 des éditions NEI-CEDA ».

Ce n’est pas tout à fait exact madame le ministre…

Votre ministère a plutôt été alerté par la vigilance de la population et des parents d’élèves qui n’ont pas de meilleurs canaux que les réseaux sociaux pour crier leur indignation face à ces manquements insupportables impactant directement l’éducation de leurs progénitures, contraints qu’ils sont d’inscrire leurs enfants dans ces centres de promotions de la médiocrité appelés abusivement etablissements scolaires publiques ( comme il est loin le temps des écoles publiques de Nanan Houphouët ! ) pendant que les votres sont dans des etablissements en Europe ou aux Etats Unis au frais du contribuable ivoirien.

Il est écrit également ceci :

 » Des fautes de cette nature ne sauraient echapper au processus de correction puis de validation des ouvrages scolaires assuré par la Direction de la Pédagogie et de la Formation Continue (DPFC). Les coquilles se seraient donc glissées dans les livrets d’exercices incriminés au moment de leurs réimpression par la maison d’édition. »

Nous vous demandons juste un peu d’honnêteté s’il vous plait…
Les erreurs se seraient glissées comme par enchantement au moment de la réimpression ? Ce n’est bien évidemment pas de la faute de votre ministère ? Je suis consterné par tant d’irresponsabilité…

Il est enfin écrit :

« En ce qui concerne les exemplaires déjà sur le marché, un correctif, appelé erratum, sera imprimé par l’éditeur et joint à chaque ouvrage. »

C’est tout simplement un manque de respect et de considération pour les parents d’élèves que nous sommes. Nous avons déjà fait cet erratum sans vous attendre, rassurez vous madame le ministre…

Madame le Ministre,

Un ministère qui prend ses responsabilités aurait tout simplement reconnu sa faute, pris les dispositions nécessaires pour sanctionner ses propres services incriminés dans le processus de contrôle et de validation. Un ministère qui prend ses responsabilités nous aurait assuré de la correction immediate, de la réédition et du remplacement gracieux de tous les livrets défaillants à chaque enfant le possédant dans ses fournitures scolaires.

Ces seules conditions nous permettrons d’oublier ce qui vient de se passer, ce minimim de considération que vous aurez pour les parents d’élèves que nous sommes fera detourner notre regard comme si nous n’avions rien vu…et nous permettra de passer à autre chose.
Si tel est trop vous demander, alors nous nous souviendrons de votre passage à ce ministère comme vous aurez souhaité que l’on se souvienne de vous.

Espérant que vous saurez saisir la perche que nous vous tendons,

Je vous prie d’agréer, madame le Ministre, l’expression de mes salutations respectueuses.

Jean-Yves ESSO ESSIS
Parent d’élève ivoirien

Jean-Yves Essis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *