Les rendez-vous de Bédié en France

DÉCRYPTONS LE SEJOUR EUROPÉEN DU PRÉSIDENT HENRI KONAN BÉDIÉ

Le président Bédié séjourne à Paris depuis le 2 juillet avec à son programme plusieurs activités. D’abord, en sa qualité de garant testamentaire du prix Felix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix, il devait le remettre au premier ministre Éthiopien qui a dû ajourner compte tenu de troubles politiques dans son pays.

À ce stade, il faut noter que la querelle sur les vrais Houphouëtistes se referme rapidement. Le président Houphouët, en visionnaire a fait en sorte que celui qui est le garant du prix soit le président du PDCI RDA en exercice et non le chef de l’État. Cela est un réel camouflet pour M. Ouattara car comment prétendre objectivement être l’héritier politique de FHB quand c’est un autre qui garde le prix portant son nom devant les institutions internationales ? Absurdité !

Par la suite, HKB a une rencontre forte en symbole avec l’ex président Laurent Gbagbo. Il faut dire que les deux hommes ont toujours été opposés mais leurs relations ont été empreinte de respect mutuel. En 1993, à la mort de FHB et alors que M. Ouattara tente de s’accaparer du pouvoir, l’ex président Gbagbo prend fermement position pour la légalité constitutionnelle. En 2010, alors que le RHDP prévoyait une marche, Laurent Gbagbo avait les preuves qu’elle était insurrectionnelle. Il se déplacera en personne voir le président Bédié en compagnie de Soro Guillaume et ce dernier en bon patriote décidera purement et simplement de l’annuler. Ce sont donc deux leaders qui sont adversaires politiques mais qui savent mettre l’intérêt de la Côte d’Ivoire au-dessus. Tel était le cas jusqu’à ce que la crise de 2010 vienne assombrir ce tableau. Ils se sont parlé à Bruxelles et chacun a donné des instructions à son état-major. Les jours à venir, une tournée nationale commune sera organisée pour parler de paix et de réconciliation.

Par la suite, le président Bédié a accordé plusieurs interviews aux médias français et j’ai été agréablement surprise par la lucidité avec laquelle il aborde l’actualité politique. Il y a quelques semaines, à Abidjan quand il a crié son ras-le-bol devant l’orpaillage clandestin, la case caféinée lui est tombée dessus pour que M. Ouattara quelques jours après, chez son frère, le président Roch Kaboré reconnaisse que le phénomène était inquiétant. Il faut donc saluer le président du PDCI RDA qui se préoccupe de défendre les intérêts des Ivoiriens.

Il y a ensuite la question de l’immigration clandestine. Ceux qui me lisent savent que j’ai abordé cette question dès le début. J’ai demandé qu’un débat national soit instauré sur cette question afin que des solutions définitives soient trouvées. Parce qu’on ne pourra pas toujours brandir l’argument de la xénophobie pour occulter cette question. L’on ne peut construire un plan de développement sans maitriser la démographie. La Côte d’Ivoire a les moyens d’informatiser son état civil. Pourquoi le pouvoir refuse le débat sur cette question existentielle pour notre nation ? Ce débat aura lieu que ce soit maintenant ou durant la présidentielle. La Côte d’Ivoire n’est pas un no man’s land.

Puis, il y a la candidature à la présidentielle de 2020. Mon avis est connu et je pense que sauf situation exceptionnelle, le sage de Daoukro ne sera pas candidat. Mais en se mettant en avant, il protège notre potentiel candidat. L’on a tous vu que les cadres du PDCI RDA qui ont refusé de rejoindre le RHDP subissaient des pressions énormes.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le PDCI RDA est de retour et entend aborder tous les sujets préoccupants du pays sans faux-fuyant.

#ÉpiCèTout
#TueuseDeMouton et Assimilés
Kyria Doukoure

Une pensée sur “Les rendez-vous de Bédié en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *