Le Franc CFA vu depuis l’Italie

Rappelons que le juge de la CPI Cuno Tarfusser était Italien, et son intervention pour exonérer Laurent Gbgabo de toutes les charges, a été très admirée en Italie…

#CFA : DECLARATION DU REZOPANACOM RELATIVE A LA CRISE DU FRANC CFA RELANCEE PAR LES AUTORITÉS ITALIENNES.

LE CONTEXTE

Notre continent, l’Afrique, est secouée depuis des lustres par des crises sociopolitiques et militaires interminables qui lui donnent d’enregistrer ces dernières décennies l’exode massif de sa population active en quête du mieux-être. Cette situation ne laisse plus personne indifférent vu le nombre impressionnant et alarmant de morts dans la Méditerranée à chacune des traversées clandestines.

C’est ainsi que, ces dernières heures, en déclarant que la France appauvrit l’#Afrique, l’#Italie qui fait frontière avec notre continent – par la méditerranée – et qui est en quête de solutions a remis au goût du jour le débat sur la souveraineté monétaire de l’Afrique et surtout sur le franc CFA (franc des ex colonies françaises d’Afrique). Elle y voit une relation de cause à effet.

L’image contient peut-être : 1 personne

RAPPEL DES FAITS

– Le dimanche 20 Janvier 2019 le vice-président du conseil italien, Luigi Di #Maio, disait : « La France appauvrit l’Afrique et empêche son développement. Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies, et avec cette monnaie elle finance la dette publique française. Elle devrait être sanctionnée par l’Union Européenne ».

– Le mardi 22 janvier 2019, un autre vice-président du conseil italien, Matteo #SALVINI, lui aussi pilier du gouvernement en tant que ministre de l’intérieur, emboitait le pas en disant ceci : « Le problème des migrants a beaucoup de causes : par exemple, ceux qui ne vont pas en Afrique pour créer du développement, mais plutôt pour soustraire de la richesse au peuple africain. La France est parmi eux, l’Italie, non. »

– Le même jour 22 janvier, le député Alessandro DI #BATTISTA, en direct sur un plateau télé, déchirait un billet de 10 000 FCFA et déclare : « La FRANCE gère la souveraineté de ces pays, empêchant ainsi leur indépendance légitime, souveraineté monétaire et valeur fiscale, sans oublier la possibilité de faire des politiques expansionnistes ».

– Ce jeudi 07 Février 2019, sonnée et très mécontente, la #France rappelle son ambassadeur en Italie en signe de protestation face à ce qu’elle considère comme une ingérence italienne inacceptable. Du jamais vu entre deux pays de l’union européenne depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Et pourtant, la France est la championne des ingérences dans les autres pays souverains du monde (Venezuela, Ukraine, Syrie…) en général et les pays africains en particulier (Côte d’Ivoire, Lybie, Centrafrique, Togo, etc).

Aussi, convient-il d’ajouter à ces réactions italiennes celles de l’opposition française qui, via Marie Le #Pen et Jean-Luc #Mélenchon, a aussi donné de la voix, allant dans la direction italienne. Par ailleurs, Fanny #Pigeaud, journaliste au site d’information indépendant #MEDIAPART qui a sorti en fin d’année 2018, sur le même sujet, un livre intitulé « l’arme invisible de la françafrique », donnait raison au régime italien en déclarant sur #RFI qu’avec cette monnaie, l’Afrique n’a pas connu d’industrialisation depuis 1960.

NOTRE ANALYSE

Ces faits, qui s’ajoutent à l’acte symbolique de l’activiste #Kemi SEBA brûlant à Dakar au Sénégal en Août 2017 un billet de 5000 F CFA, bien que n’étant pas nouveaux, sont particuliers. Car, il s’agit de leaders politiques non africains et surtout d’un état européen qui, de façon officielle, relancent le débat et crient haro sur le franc Cfa en s’en prenant à un autre état européen : la France.
Pour une fois, pourrait-on dire, que les africains ne sont pas blâmés pour ce qu’ils subissent, il convient de s’intéresser à cette démarche occidentale, la saluer à sa juste valeur et la soutenir.

NOTRE POSITION

Au regard de ce qui précède, le Réseau des Communicateurs Panafricains (REZOPANACOM), mouvement panafricaniste de communicateurs pour l’éveil des consciences et la souveraineté de l’Afrique :

– Salue vivement les autorités italiennes dans leur prise de position inédite et véridique contre le franc Cfa et le fléau principal qui mine l’Afrique à savoir : la France colonialiste ; et encourage ces autorités à continuer sur leur lancée ;

– Félicite tous ceux, africains ou non, démocrates et souverainistes, médias panafricains et acteurs des réseaux sociaux qui abordent la question du franc Cfa, dénoncent et combattent cette monnaie coloniale avec vigueur et détermination ;

– Encourage chacun de ses membres à tous les niveaux, les organisations des sociétés civiles, les panafricanistes, les partis politiques et tous les souverainistes à maintenir toutes sortes de pressions démocratiques afin de briser la mainmise de la France impérialiste sur l’économie des pays africains francophones pour que ces pays s’approprient enfin, et cela de façon légitime et totale, leur souveraineté monétaire ;

– Lance un appel à la mobilisation contre le franc Cfa dans tout le monde entier à travers des actions démocratiques massives ;

– Demande à tous ses membres et les panafricanistes à soutenir le programme initié à cet effet par l’Ong Urgences panafricaniste le 23 février prochain dans plusieurs pays africains ;

Le REZOPANACOM restant convaincu que l’indépendance économique et monétaire contribuera en grande partie à la mise en place des mécanismes de résolution des problèmes majeurs de nos états par les africains eux-mêmes et, par conséquent, du développement de notre continent, ne baissera pas les bras tant que cette situation perdurera. Il encourage donc les activistes panafricains et démocrates du monde entier à en faire pareil.

Haut les cœurs !!!

Fait à Cotonou le 08 février 2019
Pour le #REZOPANACOM
Le président Kakry Khaza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *