L’acquittement de Simone Gbagbo pour « crimes de guerre » cassé par la Cour Suprême ».

QUE VEUT RÉELLEMENT LE POUVOIR D’ABIDJAN ? LA PAIX, LA RÉCONCILIATION NATIONALE OU LA GUERRE CIVILE ?

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et gros plan

Nous venons de l’apprendre sur le site de Jeune Afrique sous le titre, « JUSTICE COTE D’IVOIRE: l’acquittement de Simone Gbagbo pour »crimes de guerre » cassé par la cour suprême ». En effet le site rapporte « La Cour suprême a décidé jeudi de renvoyer devant une cour d’assises l’ancienne Première dame de Côte d’Ivoire, acquittée fin mars 2017 des charges de « crime contre l’humanité » et « crime de guerre ». Le procès de Simone Gbagbo pour « crime de guerre » et « crime contre l’Humanité » est relancé. Jugé devant la cour d’assises d’Abidjan, l’ancienne Première dame avait été acquitté le 28 mars 2017. Mais cette décision a été cassée jeudi 26 juillet par la Cour suprême, a appris Jeune Afrique. La juridiction avait été saisie il y a plus d’un an par la partie civile, qui représente l’État de Côte d’Ivoire, et le procureur général. »

Avec cette information capitale qui tombe de façon inattendue sur nos têtes, nous sommes en droit de nous poser plusieurs questions :

* D’après le régime en place à Abidjan, tout est mis en œuvre pour la paix et la réconciliation nationale. Et récemment, Soro Guillaume, le chef historique du MPCI et actuel président de l’Assemblée nationale annonçait sur RFI que Ouattara et lui ont fait beaucoup de choses pour la réconciliation nationale mais que ce sont les »extrémistes du camp Laurent Gbagbo qu’ils ne veulent pas reconnaître leurs responsabilités et se considèrent comme victimes. » En maintenant Simone Gbagbo en prison après son acquittement (ce qui était déjà excessif) et après cette décision de la cour suprême de casser la décision d’acquittement, Ouattara et Soro Guillaume veulent ils vraiment la réconciliation nationale et la paix ?

* Au moment où les avocats de la défense de Laurent Gbagbo viennent de demander l’acquittement dans le faux procès que la CPI lui impose, pour délit de »crimes de guerre non constitué au vu du passage des 82 témoins de l’accusation » c’est en ce moment que la cour suprême de Côte d’Ivoire casse l’acquittement de Simone Gbagbo et la renvoie encore devant les »Assises ». Quand on sait que le couple Gbagbo était poursuivi et par Abidjan et par La Haye pour les mêmes délits quel message veut on nous envoyer au moment où l’esprit de beaucoup d’Ivoiriens a intégré une éventuelle libération du président Laurent Gbagbo ?

* Cette instrumentalisation disproportionnée et abusive de la justice contre un camp dans une situation de règlement de conflit qui a opposé deux camps, est elle faite pour rassurer les Ivoiriens et conduire réellement le pays à la paix ?

* Nous avions pensé, peut-être de bonne foi, qu’en cette année 2018, le pouvoir d’Abidjan pouvait donner des gages de réconciliation et de paix véritable. Avec cette décision de la cour suprême, le chemin pour la paix en Côte d’Ivoire ne devient il pas rocailleux, sinueux, abrupte ? Ne pouvons pas nous conclure que pour la paix et la réconciliation entre les fils et les filles de Côte d’Ivoire, il faudra repasser demain ?
Excellence Zadi

Avec Alexis Gnagno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *