Et toujours la rencontre Ouattara/Macron

« J’ai regagné Abidjan cet après-midi de ce lundi 7 septembre 2020, après une mission fructueuse en France où j’ai eu un excellent déjeuner de travail avec mon homologue français Emmanuel Macron, et à Niamey où j’ai pris part au 57è sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la BECEAO »,

C’est ce qu’exprimait la page Facebook du Président Alassane Ouattara : « une « mission fructueuse » en France », auprès du Président Emmanuel Macron. Puis le post a brusquement disparu.
Le fait est cocasse, pour ne pas être souligné, d’autant que ce fameux déjeuner entre les deux chefs d’Etat continue d’alimenter les commentaires, dans les médias aussi bien en Côte d’Ivoire, qu’en France.

CÔTE D’IVOIRE-FRANCE: DANS LE SECRET DU DÉJEUNER TENDU ENTRE MACRON ET OUATTARA| Par Jeune Afrique

Lors d’un déjeuner à l’Élysée, le 4 septembre, Emmanuel Macron a fait part à Alassane Ouattara de ses inquiétudes sur le climat socio-politique en Côte d’Ivoire à l’approche de la présidentielle. Ce qui a agacé son homologue.Selon nos informations, Emmanuel Macron a confié craindre que le troisième mandat contesté de son homologue ivoirien puisse susciter des tensions sociopolitiques dans le pays, alors que des violences ont déjà fait plusieurs morts dans différentes localités mi-août.Le président français a suggéré à Alassane Ouattara (ADO) de procéder à un report du scrutin afin de lui permettre, ainsi qu’à Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, de se retirer. Ce délai lui donnerait en effet la possibilité de faciliter l’ouverture d’un dialogue avec ses deux principaux opposants et de trouver un successeur pour opérer le « changement générationnel » initialement promis. Mais le chef de l’État ivoirien a refusé.Ce dernier, très déterminé, a rappelé à son hôte qu’il n’avait pas eu d’autre choix que de se représenter après le décès de son dauphin désigné, Amadou Gon Coulibaly, le 8 juillet.ADO lui a également assuré qu’il ne fallait pas s’inquiéter sur la tournure que pouvaient prendre les événements. Il lui a garanti que la situation est aujourd’hui « sous contrôle », lui expliquant notamment que les dernières violences étaient très localisées et téléguidées par Henri Konan Bédié et Simone Gbagbo. Un discours résolument optimiste versant parfois, selon une source française, dans « l’excès de confiance ».Bédié, Gbagbo et SoroDe son côté, Emmanuel Macron a alerté son homologue sur le risque de crise post-électorale si des gestes d’apaisement n’étaient pas effectués en amont du scrutin. Outre un report de l’élection, le cas de Laurent Gbagbo et de son retour en Côte d’Ivoire a aussi été évoqué. Le chef de l’État français a insisté sur les capacités de mobilisation de l’ex-président ivoirien et la nécessité de parvenir à un accord avec lui.ADO lui a répondu qu’une fois réélu, il engagerait une réconciliation avec Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo et qu’il favoriserait le retour au pays de ce dernier. Une éventuelle libération des députés proches de Guillaume Soro détenus à Abidjan a également été abordée.Alassane Ouattara s’est néanmoins plaint du comportement de l’ancien président de l’Assemblée nationale, qui multiplie les critiques à son encontre depuis Paris. Emmanuel Macron a répondu qu’il ne pouvait pas empêcher un opposant de s’exprimer sur la politique de son pays mais qu’il n’acceptait pas d’être utilisé comme un argument de campagne électorale.Message lui a donc été passé, par l’Élysée, de cesser ses attaques personnelles « inacceptables » contre le président.#CIV225_AIRD / #CONSORTIUM

Journal du dimanche 06/09/2020

HUMILIATION PRÉSIDENTIELLE : #DOMINIQUE OUATTARA REFOULÉE À #L’ÉLYSÉE.Le 4 septembre 2020, #dramane Ouattara était reçu à déjeuner à l’Élysée par Emmanuel #Macron. Ce déjeuner de travail reporté deux fois, fut accordé à la dernière minute. Mme Dominique Ouattara a dû elle-même user de son carnet d’adresses et de ses relations d’affaires pour être reçue par Mme Brigitte Macron, afin de convaincre cette dernière de persuader son époux de recevoir le président ivoirien, qui poirotait dans son appartement du 16ème arrondissement parisien, en attendant un coup de fil de l’Élysée. Quand le déjeuner avec le Président #Macron fut finalement confirmé, #dramane Ouattara le voulait comme une preuve de sa suprématie diplomatique. Il voulait prouver à ses compatriotes et surtout à son opposition qu’il demeurait intact dans sa force de frappe diplomatique. Son égo hypertrophié qu’il dissimulait si bien pendant ses années d’opposition, se révéla lors de sa présidence. Il avait tellement joué le jeu de l’homme fin, courtois, aimable et policé que ses compatriotes sont tombés des nues en découvrant ce qu’était réellement leur président.Ce déjeuner qui devait tourner autour de questions importantes comme la pacification du climat politique en Côte d’Ivoire et l’organisation d’élections crédibles, transparentes et inclusives, devait marquer le début de la campagne électorale de dramane Ouattara.
Alors, pour cette occasion, Mme #Dominique Ouattara a revêtu sa tenue d’apparat pour accompagner son époux à ce rendez-vous capital. En effet, elle a revêtu sa plus belle toilette, fit son plus beau maquillage, s’aspergea de son parfum le plus précieux et pris place dans le véhicule de commandement présidentiel, à côté du chef de l’État ivoirien. Direction : le palais de l’Élysée. Dans la grosse limousine Mercédès noire, on pouvait la voir rayonnante, au fait de sa gloire. Ce palais de l’Élysée, elle en avait tant rêvé dans sa jeunesse. Elle le connait pour l’avoir arpenté à plusieurs reprises au temps où #Nicolas Sarkozy était président de la #France. Elle y avait rêvé du temps de Félix Houphouët-Boigny. Quand Jacques Chirac gouvernait la France, le palais de l’Élysée était pour elle une zone interdite. Comme chacun sait, Jacques Chirac n’a jamais aimé #Dominique Ouattara encore moins son époux, parce qu’il considérait que #Dramane Ouattara avait gravement manqué de respect à Houphouët-Boigny que lui-même, Jacques Chirac appelait Papa. Les initiés savent de quoi nous parlons.

Mais, revenons à ce fameux déjeuner. Arrivée au portail de l’Élysée, comme il est d’usage, la limousine présidentielle s’immobilisa devant les soldats de la garde. Et l’agent de service, muni de la liste des personnes autorisées pour l’audience, s’approcha du véhicule pour le contrôle de routine. Il vit #Dramane Ouattara à qui il présenta ses respects, mais marqua sa surprise quand il vit, installée à ses côtés, son épouse. Il s’éloigna de quelques pas, parla dans le talkie-walkie et revient vers le véhicule présidentiel. Courtoisement, mais fermement, il informa le président ivoirien que son épouse n’était pas attendue au déjeuner et que par conséquent elle n’était pas autorisée à entrer à l’intérieur du palais de l’Élysée. Vu que c’était un déjeuner de travail et non un déjeuner officiel, le président français n’était pas avec son épouse. La première dame ivoirienne ne pouvait donc pas, elle non plus, participer à ce déjeuner. Pris de colère, se sentant humilié, Alassane Ouattara demanda à parler à un supérieur. Le garde impassible, lui dit : « Monsieur le président, Madame n’est pas autorisée, je suis désolé. Ce sont les ordres ». #Dramane Ouattara s’est senti humilié jusqu’à la moelle épinière. Il fulminait de colère. #Dominique Ouattara bafouilla quelques paroles inaudibles. Le protocole ivoirien vint à la rescousse et batailla pendant quelques minutes pour faire fléchir l’Élysée, mais ce fut peine perdue. Ils échouèrent à modifier les dispositions du protocole d’État français.

De guerre lasse, les agents du #protocole ivoirien, firent venir un véhicule de l’ambassade de Côte d’Ivoire en France dans lequel Mme Ouattara a dû embarquer. Toute honte bue, elle fit demi-tour et alla faire un peu de shopping chez Goralska joaillier, avant de venir s’asseoir dans un café proche de l’Élysée pour attendre à la terrasse que son mari et le président français finissent leur déjeuner. Mais, ce n’était pas fini. Le garde français imposa au véhicule du président ivoirien de descendre son illustre passager à quelques mètres du portail et lui fit traverser, à pied, la cour d’honneur de l’Élysée. Il marcha ainsi environ les 500 mètres de graviers qui le séparaient du perron de l’Élysée. Le déjeuner en lui-même fut une grande déception pour Alassane Ouattara, qui n’obtient pas le blanc-seing qu’il espérait d’Emmanuel #Macron pour son troisième mandat.Après ce déjeuner, #Dramane Ouattara, outré par l’opposition de l’Élysée à son projet de #hold-up électoral, engagea une bataille des communiqués. Les services présidentiels ivoiriens ont ainsi publié un communiqué de presse dans lequel ils se félicitaient de la convergence de vues entre Paris et Abidjan sur la question des élections. Quand l’Élysée vit ce communiqué dans lequel il était question de similitudes de vues entre #Macron et Ouattara sur la question des élections, alors que c’était tout à fait le contraire, Franck Paris, le Conseiller Afrique d’Emmanuel #Macron appela aussitôt #Patrick Achi et le gronda copieusement, comme un garnement. Jean-Yves Le #Drian, Ministre des affaires étrangères de France, ne fut pas en reste dans la manifestation de cette colère. Il sermonna correctement l’ambassadeur ivoirien à Paris pour la fausseté de leurs communiqués qui mettait la France dans l’embarras vis-à-vis de la Côte d’Ivoire et des Français vivant en Côte d’Ivoire.Le fameux déjeuner qui devait signer le triomphe diplomatique de #dramane Ouattara et son épouse tourna finalement en une ridicule pantalonnade.CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *