Charles Konan Banny sur TV5

Sur TV5, Banny avoue n’avoir pas été suivi par le gouvernement dans sa mission de réconciliateur

GalaKolebi

Sur TV5 Monde, le Premier ministre Charles Konan Banny est intervenu ce dimanche 06 septembre 2020 . Il a fait le tour de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, et dénonce la conférence de presse du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani à la cathédrale D’ABIDJAN. Avant cela, il a évoqué sa mission de réconciliateur pendant la crise post-électorale de 2011, puis avoue ne pas avoir été suivi par le gouvernement ivoirien, dans ses propositions pour la réconciliation nationale , la paix et la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.

Sur TV5 Monde , dans l’émission intitulée  » et si vous me disiez toute la vérité » , le Premier ministre , Vice- Président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire ( PDCI-RDA) et à l’époque, Président de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation ( CDVR) Charles Konan Banny s’est ouvert sans tergiversations, pour parler de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. Face à la journaliste Denise Époté, Charles Konan Banny a évoqué l’actuelle situation sociopolitique ivoirienne. Compte tenu des évènements socio-politiques empreints de violences , Banny conclut que la classe politique ivoirienne n’a pas tiré des leçons des crises passées. Avant cela, il suppose que la crise post-électorale passée n’a pas été suffisamment bien gérée de sorte à ce qu’il en n’est pas une autre à l’heure actuelle. : << Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les plaies n’ont pas été cicatrisées, on a essayé de cautériser mais nous avons pas cicatrisés et il faut très peu de choses pour que tout s’ouvrent à nouveau. Je me demande si notre personnel politique peut se satisfaire de ce qu’on dise qu’elle est le personnel politique le plus inconscient du Monde, car la crise a été terrible, la destruction des biens, les morts et moi qui est conduit le processus de la CDVR , j’ai assisté à ce qu’on appelle les audiences publiques. J’ai écouté des IVOIRIENS qui ont été touchés dans leur chair . Je peux pas comprendre qu’on ait pas tiré des leçons de celà >>

Charles Konan Banny après avoir abordé le sujet en tant que celui qui fut au coeur de la réconciliation nationale pour la gestion de la crise post-électorale de 2011 , il ajoute qu’il n’y a pas eu de justice véritable, juste et transparente. On peut comprendre par là que , pour Banny, étant donné que l’on juge pour naturellement apaiser les victimes et soulager ceux dont la sensibilité a été heurtée , il fallait une justice objective , dans le but d’étouffer la haine et de faire évaporer l’esprit de vengeance. Ce qui ne fut pas le cas :

<< Il ne doit pas y avoir une justice pour les faibles et une autre pour les forts. Ni une justice aux ordres , elle doit être équitable et je pense que cette justice a été imparfaite puisque nous sortons d’une crise où il y’a eu des morts de partout . On a jugé certains et laissé d’autres…>> Déclare l’ancien gouverneur de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Konan Banny Président de la CDVR.

Pour ne pas que cela arrive, Charles Konan Banny avoue avoir proposé une résolution inclusive, autrement dit une résolution qui inclut aussi l’ex-Président Ivoirien Laurent GBAGBO, qui en ce moment là était incarcéré à la CPI. Nous comprenons par là que pour le Premier ministre Charles Konan Banny, une solution purement ivoirienne était la meilleure pour adoucir les cœurs blessés, de tous les côtés , dans la mesure où il s’agit d’une bagarre, et une bagarre entre deux camps qui a fait des morts de tous les côtés . Malheureusement, ses propositions n’ont pas été les bienvenues dans le camp de ceux qui ont remporté la bataille de 2011. 

<<C’est pour cela , en ce qui me concerne, un an après que la commission fût mise en œuvre, j’ai proposé alors que LAURENT GBAGBO était encore à la HAYE d’aller le voir et de lui dire qu’il ne pouvait pas se soustraire même s’il n’était pas en liberté du processus de réconciliation qui est en cours et malheureusement, je n’ai pas été entendu et suivi par ceux qui gouvernent . >> a avoué Charles Konan Banny .

Visiblement, l’ancien Premier ministre de Laurent GBAGBO dans le gouvernement de réconciliation nationale , n’est pas du tout fatigué pour parler de la paix et de la réconciliation. Sur TV5 Monde , il a encore prôné la non violence dans tout comportement, puisque selon lui ,c’est le chemin d’une vraie réconciliation. Il exige que cette non violence commence par la parole, commence par le désarmement de la langue, comme aiment le dire les facilitateurs dans le règlement des conflits. 
Ensuite, le banquier n’a pas passé sous silence l’affaire qui a eu lieu ces jours-ci, ayant au coeur l’église catholique. S’il fallait noter le ministre Kouassi Adjoumani, en tout cas , Banny lui donnerait une note en-dessous de la moyenne. Banny n’a pas vraiment apprécié le fait que Adjoumani ait fait une conférence de presse à la cathédrale pour répondre au Cardinal .

<< Pour aller à la réconciliation vraie , il faut commencer par extirper les violences de toutes natures. À commencer par les violences verbales. Et la Côte d’Ivoire ne donne pas un bon exemple. À cet égard, je n’ai pas du tout apprécié ce qui se passe ces temps-ci avec l’ Église catholique et le CARDINAL. On oublie d’ailleurs que le CARDINAL ne se lève pas pour dire n’importe quoi. Il ne parle pas en son nom propre, bien-sûr qu’il a dit que c’est à titre personnel mais ne nous voilons pas la face, c’est une pastorale. Il faut que nous reapprenions à nous respecter . On peut ne pas être d’accord mais respecter l’autre.>> Indique clairement Charles Konan Banny.

Par ailleurs après la crise post-électorale de 2011, pourquoi avoir choisi le Premier ministre Charles Konan Banny, pour piloter la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation (CDVR) , et ne pas suivre ses recommandations ?

Gala KOLEBI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *