Vers une explosion du PDCI ?

ÉCHOS DE DAOUKRO

Décidément la division se porte bien, « diviser pour régner », jamais Ouattara n’a fait si fort! Comme il est difficile de faire de la politique un minimum désintéressée. Après le FPI, voici le PDCI en train d’exploser. EDS semble parti pour n’être qu’une couverture que chacun va tirer à soi au détriment de l’ensemble. Je suis heureux que le premier ivoirien que j’ai connu ait été le ministre Eric Kahe de l’AIRD, autrement je crois qu’il y a longtemps que j’aurais jeté l’éponge dans ce combat d’égos en mal de récompenses. Les gens intègres se comptent sur les doigts de la main, j’aurais presque envie d’écrire sur les doigts d’une seule main…Et encore, on peut m’en couper un ou deux que la phrase resterait vraie, tellement ils sont rares les hommes politiques vraiment intègres, qui font honneur et inspirent le respect…
Shlomit

 

La mission de la dernière chance de ce lundi 2 juillet 2018, a tourné court pour les ministres PDCI missionnés par le vice-président Daniel Kablan Duncan (absent pour cause de mission à Nouakchott), sur instruction du président Alassane Ouattara. Partis à Daoukro, pour plaider pour le parti unifié, ils se sont vus opposer un refus catégorique de la part d’Henri Konan Bédié.

Sauf changement de dernière minute, il n’y aura pas de conseil des ministres demain mercredi 3 juillet 2018 (ndlr, il y a eu la démission du gouvernement avec recondction du pre ministre Gon Coulibaly, chargé de trouver son équipe dans le RHDP), cependant un conseil de gouvernement traditionnellement présidé par le premier ministre, est prévu ce matin à 10 h à la Primature au Plateau. De bonne source, c’est en marge du dernier conseil des ministres tenu à Yamoussoukro, le 27 juin 2018, que le président Alassane Ouattara a instruit son vice-président Daniel Kablan Duncan, de conduire une mission auprès d’Henri Konan Bédié, en vue de la ratification par le PDCI, des textes du parti unifié.

Ce lundi, les ministres PDCI au grand complet étaient donc porteurs d’une feuille de route validée par Duncan, à l’endroit de Bédié. Celle-ci proposait notamment la convocation d’un congrès extraordinaire, financé en haut lieu (à l’instar des congrès des autres partis membres du RHDP) dont l’objectif serait l’adoption des textes fondateurs du RHDP.

« Bédié leur a dit qu’il s’en tenait aux recommandations du bureau politique », nous a confié notre source. Le patron du PDCI que certains soupçonnent de manoeuvrer pour sa propre candidature à la présidentielle de 2020, habituellement peu bavard s’est montré quelque peu agacé par la démarche des ministres PDCI. En effet, précise notre source, il a fermement déconseillé à ses interlocuteurs de prendre des initiatives, en dehors des textes du PDCI.

« J’ai appris que certaines personnes veulent créer un courant au sein du parti, dont l’objectif serait de soutenir un projet sur lequel le bureau politique s’est clairement exprimé. La création de courant n’est pas admise dans notre parti », aurait laissé entendre Bédié.

Les ministres PDCI sont donc rentrés bredouille de leur mission de Daoukro. Informé, Duncan a aussitôt avisé le chef de l’Etat, qui devrait maintenir sa position de ne pas présider de conseil des ministres jusqu’à nouvel ordre. C’est un camouflet pour Ouattara qui avait fait du projet de parti unifié, son principal chantier politique de fin de mandat. Après le « non » du petit parti de l’UPCI de Brahima Soro et le « oui mais » du PDCI, il est désormais contraint de changer de stratégie, chose qu’il n’avait pas prévue.

Pris au piège de sa propre stratégie, faite de pressions au lieu de négociations (ce que conseillait du reste, Guillaume Soro), Ouattara est obligé de passer à la fédération de partis qui n’aura pas le même poids politique que le parti unifié, étant donné que les partis politiques conserveraient leur identité et pourraient donc désigner leur propres candidats à la présidentielle de 2020.

Selon nos informations, le futur gouvernement qui sera formé dans les jours à venir, devrait voir le maintien de la majorité des ministres actuels issus du PDCI, étant tous favorables, du moins en public, au parti unifié. Bédié n’y verrait aucun inconvénient. Quant à Albert Toikeusse Mabri de l’UDPCI, il devrait signer son retour au sein du gouvernement. Il est annoncé au Plan, Joseph Séka Séka du PIT devrait occuper le ministère de l’Environnement.

Mais tout ceci reste assujetti aux décisions inattendu d’Alassane Ouattara. Quant au PDCI, il devrait renouer avec les cérémonies d’hommage à Bédié. La prochaine étape est prévue à Gagnoa, une cérémonie programmée depuis plusieurs semaines et qui tombe opportunément, pour effacer les traces du premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Emmannuel Gautier

__________________

*Les alimentaires tenus en échec par BEDIÉ**

Les ministres et présidents d’institutions du Pdci-Rda n’ont pas pu faire plier leur président de parti, Henri Konan Bédié, à revoir sa copie sur les résolutions du Bureau politique tenu le 17 juin dernier, à propos de la création du parti unifié Rhdp.

Le conclave entre les ministres, présidents d’institutions issus du Pdci-Rda et le président du parti, Henri Konan Bédié, n’a rien donné de concret pour les premiers cités. Ces personnalités du régime du président Ouattara n’ont pas pu convaincre leur leader politique de revoir sa copie relativement à l’Accord politique de création du parti unifié qu’il a signé. Le ‘’Sphinx’’ de Daoukro est resté « intraitable et ferme » sur ses positions selon une source émanant de la rencontre de vérité qui a pris fin en dans l’après-midi de ce lundi 2 juillet 2018.

Le président du Pdci-Rda, selon notre confident n’a pas voulu transiger sur l’application des résolutions du dernier Bureau politique tenu par son parti sur la création du parti unifié. Alors que les ministres et présidents d’institutions acquis à la cause de la transformation de la coalition au pouvoir en parti unifié, demandaient une alternative pour contourner les conclusions de la réunion du 17 juin dernier qui a remis l’examen des textes de cette unification après les élections de 2020. « Bédié est resté ferme sur la question en restant à l’écoute de sa base. Les ministres sont rentrés sans obtenir gain de cause », révèle notre source selon laquelle le président du Pdci-Rda s’est dit ouvert pour les négociations en vue d’une alternance en 2020 dans le cadre du Rhdp, « seul vrai combat », que son parti entend mener.

Que va-t-il se passer après cet autre échec des partisans du parti unifié que le président de la République, Alassane Ouattara se prépare à mettre en place ?

Les jours et semaines à venir s’annoncent décisifs.

Source F.D.BONY in Infodrome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *