Soro, la suite

AFFOUSSATA BAMBA LAMINE FAIT D’IMPORTANTES RÉVÉLATIONS DANS UN COMMUNIQUÉ PUBLIÉ AUJOURD’HUI :

‘Soro a déstabilisé le pays en septembre 2002 pour le compte d’Alassane Dramane Ouattara’

En date du 23 décembre 2019, le Procureur de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur ADOU Richard, lors d’une déclaration télévisée, a indiqué que l’ex-Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire est sous le coup d’un mandat d’arrêt international aux motifs de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics.

Le Président de GPS tient à informer l’opinion nationale et internationale de la vacuité de ces charges. Il n’échappe à personne que ceci est du dilatoire.

En realité toute cette entreprise vise piteusement à écarter Monsieur Guillaume Kigbafori Soro de la course à la Presidence de la Republique pour l’élection de 2020.
Toutefois, au nom de la manifestation de la vérité, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro s’exprimera clairement et avec limpidité sur chacun des faits.

Pour l’heure, nous tenons à préciser à l’opinion nationale et internationale qu’en ce qui concerne l’opération immobilière d’une résidence pour le compte d’une SCI, elle s’est effectuée en 2008, du temps où Monsieur Laurent Gbagbo était Président de la République de Côte d’Ivoire ;
– Monsieur Guillaume Soro, Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire ;
– Monsieur feu, Charles Koffi Diby, Ministre de l’Economie et des Finances de la République de Côte d’Ivoire ;
– Monsieur Amon Tanoh Marcel, Ministre de la Construction de la République de Côte d’Ivoire.

Aussi, convient-il d’inviter Monsieur Alassane Ouattara à faire preuve de la même clarté et limpidité, relativement à certaines opérations financières du Trésor Public pour son compte dans la période équivalente;
À savoir, quand Monsieur Laurent Gbagbo était Président de la République, Monsieur Guillaume Soro, Premier ministre, Monsieur feu, Charles Koffi Diby, Ministre de l’Économie et des Fnances, Monsieur Coulibaly Tiémoko Meyliet, Directeur de Cabinet du Premier Ministre Guillaume Kigbafori Soro, actuel Gouverneur de la BCEAO, et Monsieur Fofana Issiaka, Directeur Financier de la Primature.

En ce qui concerne l’accusation fallacieuse de déstabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro tient à rassurer les Ivoiriens qu’il reconnaît une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002, pour le Compte de l’actuel Président la Republique, Monsieur Alassane Dramane Ouattara, ce pourquoi d’ailleurs, il continue à demander pardon au Peuple souverain de Côte d’Ivoire.

En ce qui concerne la tentative de lui imputer une nouvelle déstabilisation, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro s’inscrit en faux.
En ce qui concerne le prétendu enregistrement audio qui serait la preuve dont disposerait l’accusation, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro n’est pas surpris de la machination ainsi ourdie.

En effet, courant 2012, Monsieur Francis Perez, président et fondateur du Groupe Pefaco a été introduit auprès du Président Soro par le Premier Ministre du Burkina-Faso, Monsieur Tertius Zongo.
Après une éclipse de cinq (5) ans, Monsieur Francis Perez, opérant dans le milieu des casinos, entrera ainsi en contact avec Monsieur Guillaume Kigbafori Soro.
C’est donc en 2017, que cet homme d’affaires informait le président Soro de ce qu’il serait en danger de mort et l’objet d’un complot ourdi par le régime d’Abidjan.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, costume
Francis Perez

C’est ainsi que Monsieur Francis Perez proposait ses services pour le protéger et riposter face à la tentative d’assassinat qui était envisagée par le régime d’Abidjan.

Suspicieux, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro fera participer à l’une des rencontres un diplomate ivoirien et un agent des services secrets d’un pays européen, à qui il était régulièrement fait un compte rendu aux fins de contribuer à garantir l’intégrité et la sécurité du territoire ivoirien.

Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, qui s’exprimera plus longuement sur le sujet apportera les éléments de preuve (emails) et indiquera l’identité des différents témoins.

Cette opération d’espionnage, comme on le découvrira par la suite, a été orchestrée par le régime d’Abidjan en vue de « cueillir Monsieur Guillaume Kigbafori Soro » comme on dit dans le jargon du renseignement. Peine perdue.

Il faut noter que Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, dans un souci de transparence, a évoqué de façon sybilline à époque précise cette question avec le Président Alassane Ouattara.

Après l’échec de Monsieur Francis Perez, d’autres opérations d’espionnage seront initiées sans succès par le régime d’Abidjan, en vue cette fois de l’élimination physique de Monsieur Guillaume Kigbafori Soro sur le territoire européen. Certains milieux en ont d’ailleurs été informés, dont des diplomates.

Comme constaté , il s’avère donc que ce mandat d’arrêt international est infondé et à usage uniquement politique en vue d’éliminer le 1er candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte-d’Ivoire.

Fait à Barcelone,
Le mercredi 25 décembre 2019
Maître Affoussiata BAMBA-LAMINE
Membre de la Commission d’Orientation et de Coordination de GPS

SOURCE: M. NO

Moussa Touré, dir com de Soro, donne sa version des faits

L’image contient peut-être : 2 personnes, costume

Tous les véhicules de SORO Guillaume, ses montres, les bijoux de sa femme, ses vêtements, ses chaussures, ses tableaux et pièces d’art de valeur ont été évacués…

Hier nuit j’ai dû changer d’emplacement parce qu’il semble que ces gens-là cherchaient activement à trianguler ma position pour m’enlever. Je suis toujours actif et je peux communiquer.

Au cours de leur prestation d’hier jeudi 26 décembre, les membres d’#AbidjanComedyClub représentés par le procureur Adou Richard, ont présenté des armes soi-disant découvertes à la résidence ou au bureau Annexe du Président Soro Kigbafori Guillaume. Je vais démonter facilement ces mensonges.

1. Impossible que ces armes aient été saisies au domicile du Président Soro

Grâce à nos amis dans l’appareil judiciaire, nous avons reçu l’information selon laquelle Ouattara avait ordonné à Adou Richard de mettre la résidence de Guillaume Soro et tout ce qu’elle contient sous scellés. Dans la nuit, du mardi 24 au mercredi 25, nous avons appelé le personnel civil de la résidence ainsi que les membres de la Garde pour leur demander de faire sortir tout ce qu’il y avait de précieux dans la maison. Ainsi, tous les véhicules de SORO Guillaume, ses montres, les bijoux de sa femme, ses vêtements, ses chaussures, ses tableaux et pièces d’art de valeur ont été évacués. Pensez-vous que nous sommes tellement bêtes que nous nous occuperions d’évacuer des vêtements et de laisser en place des armes pour que la Police les découvre ?
Supposons même que nous craignions d’être contrôlés à un des check-points installés autour de la résidence. On aurait pris la décision simple de balancer toutes ces armes dans la lagune, vu que la résidence à un accès direct au plan d’eau lagunaire. Ensuite, sommes-nous si bêtes pour entreposer des armes chez Guillaume Soro alors que depuis 2016, le CCDO a fait installer 04 caméras qui surveillent sa résidence 24h/24 ?
Sommes-nous si inconscients pour détenir des armes dans une résidence survolée deux fois par jour par des drones prétendument de détection d’armes souterraines ? Le mercredi 25 décembre, un message de l’état-major a demandé à tous les soldats de la garde républicaine qui était affectés à la sécurisation de la résidence du président SORO de quitter les lieux. Le même jour, à 18h, la Police est arrivée et a demandé aux deux vigiles qui restaient sur place de partir immédiatement. Il n’y avait donc absolument personne, aucun témoin, lorsqu’ils sont arrivés vers 23h et ont soi-disant découvert des armes.

2. Impossible d’entreposer ces armes au Bureau Annexe

Le bureau annexe est contigu à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique, la première puissance mondiale du Renseignement. Une ambassade dotée de moyens technologiques si puissants que nos téléphones portables fonctionnent difficilement dans ce lieu. Sommes-nous si bêtes ? Ensuite, l’Annexe est devenue le siège du GPS et reçoit par jour plusieurs centaines de militants et de cadres. Sommes-nous si inconscients pour cacher des armes dans un endroit où des gens que nous ne connaissons même pas bien, viennent chaque jour passer des heures ?
De plus, le lundi 23 décembre, jour où la barbarie du RHDP s’est abattue sur notre siège, les miliciens encagoulés ont fracturé toutes les portes des bureaux, des douches, des cuisines, des magasins et fouillé tous les tiroirs, devant témoins. Ils n’ont rien trouvé. Et sont repartis avec nos camarades. Après leur passage, nous avons fait des photos qui ont été diffusées sur les réseaux sociaux et avons commis un huissier pour dresser le constat des dégâts. S’ils avaient trouvé des armes, tout le monde les aurait vues. Surtout la presse internationale qui était venue en grand nombre.
Ces armes n’étaient dans aucun lieu appartenant ou lié à Guillaume Soro. Mettre des armes chez des opposants et les accuser ensuite de tentative de déstabilisation est une technique surannée, datant des années 1960 où, pour accuser des adversaires politiques, on découvrait subitement des armes chez eux ou alors on les accusait d’être soutenus par Moscou ou la Lybie. Personne n’est dupe de cette manœuvre grossière.

TOURE MOUSSA,
Directeur de la Communication de SORO Kigbafori Guillaume Traqué par les escadrons de la mort d’Alassane Ouattara

____________________________

🛑 DICTATURE EN CÔTE D’IVOIRE

LES AMÉRICAINS PRENNENT POSITION ET METTENT EN GARDE…

L’image contient peut-être : texteLe sous-secrétaire américain aux Affaires africaines, Herman Jay Cohen, se dit inquiet des atteintes à la liberté d’expression et du rétrécissement de l’espace politique en Côte d’Ivoire. Il va plus loin en mettant Ouattara en garde contre toute idée de 3e mandat.

Une sortie qui intervient quelques jours après l’interdiction du meeting de l’opposition et les arrestations des proches de Guillaume Soro et le mandat d’arrêt international émis contre ce dernier.

<<Avec le mandat d’arrêt émis contre Guillaume Soro, le président Ouattara a désormais aliéné presque tous les dirigeants politiques qui étaient responsables de son accession à la tête de l’État en 2010, dont l’ancien président Bédié. S’il tente de briguer un troisième mandat, il échouera.>> a-t-il menacé sur sa page Twitter.

Il faut souligner qu’il y a quelques mois, le sous secrétaire américain aux affaires étrangères, avait lui aussi averti Ouattara contre toute ambition de briguer un troisième mandat devant les étudiants de l’ENA.

En termes clairs, New-York ne veut pas un troisième mandat de Alassane Dramane Ouattara, le commanditaire de la rébellion de 2002, selon Affoussiata Bamba, porte parole du parti de Soro.

En vérité, je vous le dis, Ouattara est tombé dans le piège de Soro Guillaume. Ne sera-t-il pas croqué par le  »jeune homme »?
Demain est un jour !

Armando Le Grand

Soro désigne Ouattara comme le Père de la Rebellion armée de 2002.

L’image contient peut-être : 1 personne, assisExtrait de la Déclaration de Me Affousy Bamba-Lamine, hier : « …En ce qui concerne, l’accusation fallacieuse de destabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, Monsieur Guillaume Kigbafori Soro tient à rasurer les ivoiriens qu’il reconnait une seule destabilisation, celle du 19 Septembre 2002 POUR LE COMPTE de l’actuel president de la republique, Monsieur Allassane Dramane Ouattara. » (…) « Aussi, convient-il d’inviter monsieur Alassane Ouattara à faire preuve de la même clarté et limpidité. Relativement à certaines opérations financières du Trésor public pour son compte à la période équivalente. »

Par Me Affoussiata Bamba-Lamine

#NB : Quand cette vérité, connue de tous, sort enfin de la bouche de l’executant, c’est que les choses sérieuses, les détails croutillants, vont être révélés. DIEU est DIEU !!!

LA RÉSIDENCE DE SORO GUILLAUME SAISIE PAR L’ÉTAT :

L’image contient peut-être : plein air
La résidence d’1 milliard 500 millions de Guillaume Soro à Marcory Résidentiel

« L’État de Côte d’Ivoire a ordonné que la résidence de Guillaume Soro située à Marcory Résidentiel soit saisie ce mercredi 25 décembre 2019, jour de la fête de Noël.

En effet, cette résidence est l’objet de la plainte de l’État de Côte d’Ivoire. Elle a été payée à 1 milliard 500 millions sur fonds du Trésor public en 2008 sous Gbagbo et elle devait sévir, en principe, de résidence des Premiers ministres ivoiriens. Cependant, à partir d’un montage financier, cette résidence a été mise sous le nom d’un tiers au compte de Guillaume Soro et transformée en résidence personnelle ».

Voilà le faux concernant cette histoire de résidence.

Tout va sortir, on vous regarde seulement.

Repris et résumé de ce que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux:

« En ce qui concerne l’opération immobilière d’une résidence pour le compte d’une société civile immobilière, elle s’est effectuée en 2008, du temps où monsieur Laurent Gbagbo était président de la République de Côte d’Ivoire. Monsieur Guillaume Kigbafori Soro, Premier ministre de Côte d’Ivoire, monsieur feu Charles Koffi Diby, ministre de l’Economie et des Finances de la république de Côte d’Ivoire, enfin monsieur Marcel Amon-Tanoh, ministre de la Construction de la république de Côte d’Ivoire ». dixit Me Affoussiata Bamba-Lamine

En fait cette propriété serait la résidence privée de Monsieur Charles Boza Donwahi, ancien ministre, ancien président de l’assemblée nationale, ancien homme d’affaires. Plusieurs internautes l’ont reconnue car ils y avaient été lors de rencontres dans les années 80. Ce sont ses enfants, dont Alain Donwahi, marié à une Mulhousienne, qui ont vendu cette maison à Soro.

En fait Ouattara règle ses comptes à Soro. On associe maison et détournement de fonds.
Pour un détournement de 1,5 milliards de francs Cfa, logiquement et légalement, c’est seulement après un procès ayant prouvé un détournement de deniers publics que la maison peut être placée sous séquestre, vendue par un commissaire priseur pour que l’état entre dans ses fonds. On reste donc en pleine illégalité.
Pour plusieurs personnes, cette maison n’avait été que louée à Soro.
Donc, s’il s’agit réellement de cette maison sise à Marcory, et dont la photo a été publiée et reconnue, elle n’a jamais été patrimoine de l’État et appartiendrait bien au président Dowanhi Charles, décédé, mais revenant à ses enfants.

C’est seulement depuis le 23 décembre 2019 que subitement la maison est apparue sur la carte du pays et que c’est seulement maintenant qu’ado et son groupe sont au courant de cette dette faramineuse de Guillaume Soro !


Guillaume Kigbafori Soro annonce sur les réseaux sociaux :

Chers Tous,
je viens de me poser. Depuis deux jours j’étais privé de mes moyens de communication. J’étais obligé de passer par @Ceschod pour tweeter. À présent je suis opérationnel. Et la lutte ne fait que commencer.
Ado a tort de faire ce qu’il fait. À présent je vais consacrer toute ma détermination à ce combat. Le combat pour l’état de droit. Le combat pour la démocratie. L’imposture ne passera pas.
Je me suis trompé sur Ado et je le reconnais humblement. Je n’avais pas imaginé que le FMI formait des autocrates.

J’allais oublier Joyeux Noël aux adhérents de GPS. Ne vous détournez pas du cap.
Inscrivez vous sur le lien www.adherezcp-gps.ci

ADHÉRENTS de GPS relevez vous! Tuez la peur car la peur est un ennemi. Je fixe le cap à 100 MILLE adhérents. C’est à ce prix qu’on nous prendra en considération. Ne vous détournez pas du cap. Inscrivez vous sur le lien👉🏿adherezcp-gps.ci.

Chers Tous, Il n’y a qu’en DICTATURE que l’on émet un mandat d’arrêt contre un candidat aux élections. Cet acte est un parjure qui souille la fin de la présidence Ouattara. C’est la pure illustration du lawfare.
Le temps nous dira.

GKS.

__________________
« Après le mandat d’arrêt lancé contre Soro,
plus de 1700 soldats ont désertés l’armée en 72 heures.
Le bateau Ouattara a pris l’eau. »

L’image contient peut-être : texte

 

Dernière minute, KOBENAN TAH vice-président du PDCI-RDA aurait été interpellé à l’aéroport international Felix Houphouët Boigny!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *