quelques nouvelles…

En raison des fêtes de Roch Hachanah, nouvel an juif, je n’étais pas sur la toile…

EN CONFERENCE DE PRESSE CE JOUR, SANGARE ABOUDRAHAMANE TIENT DES PROPOS DURS ENVERS OUATTARA…

L’image contient peut-être : une personne ou plus

ABOUDRAHAMANE SANGARE :  » Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, vient de renier avec désinvolture, comme c’est son habitude, sa parole donnée. 1 mois après la déclaration de refonte de la CEI tenue le 06 Aout 2018, Il renie sa parole donnée. C’est en réalité un véritable revirement spectaculaire. Il dit une chose et son contraire. Pourquoi décide-t-il l’humilier la Cote d’ivoire sur la scène internationale ? A t’il peur ? Que veut-il réellement à la cote d’ivoire ? Et comment compte-t-il s’en sortir ? Aurait-il peur de se retrouver sur la scène ivoirienne face au FRONT POPULAIRE IVOIRIEN ? Ouattara fait la danse de la mente religieuse. Il a libéré Madame SIMONE GBAGBO et nos autres camarades. Il avait commencé un élan et le FPI était prêt à l’accompagner dans cet élan. Nous étions satisfaits. Et subitement il renie sa parole. Peut-on demander encore aux exilés de rentrer ? Peut-on avoir confiance en lui encore ? Nous nous interrogeons. Le FPI est un parti des élections. Le Boycott est vraiment une exception. Nous irons aux élections et nous nous donnerons les moyens que la CEI soit reformée. Nous appelons au RASSEMBLEMENT des FORCES et APPELLONS nos militants à se tenir PRETS POUR LES MOTS D’ORDRE A VENIR. OUATTARA est venu sans le suffrage du peuple c’est pour ça que le fauteuil brule aujourd’hui. GBAGBO a eu le suffrage du peuple c’est pour ça jusqu’aujourd’hui on parle encore de lui. NOUS GAGNERONS CETTE BATAILLE. « 

LE GOUVERNEMENT EST-IL SÉRIEUX OU CE SONT SES MINISTRES-CANDIDATS AUX MUNICIPALES QUI NE LE SONT PAS ?

Hamed Bakayoko (ministre d’État, ministre de la Défense) à Abobo:
« Abobolais, si vous croisez quelqu’un qui veut vous humilier, si vous croisez un policier ou un gendarme qui veut vous fatiguer, dites-lui: « Attention, je suis la maman, le frère d’Hamed Bakayoko« .
Siandou Fofana (ministre du Tourisme) à Port-Bouet:
« Je fais partie des preneurs de décision au Gouvernement. Vos quartiers ne seront pas anéantis si je suis élu maire de cette commune ».
Bally Ferro

L’image contient peut-être : 7 personnes, dont Christine Tibala, personnes debout, costume et plein air

250 audiences pour Simone Gbagbo en un mois

Isolée et coupée du reste de ses compatriotes pendant plus de sept ans de détention, Simone Gbagbo attire du monde à son domicile de Cocody. Des proches collaborateurs, des partisans, des artistes, des personnes publiques comme anonymes, des adversaires politiques…, tous se bousculent au portillon de la résidence de la famille Gbagbo pour rendre un vibrant hommage à une personnalité qui constitue un véritable symbole dans une Côte d’Ivoire en quête de réconciliation vraie.

Simone Ehivet Gbagbo a en effet bénéficié d’une ordonnance d’amnistie prise par le Président Alassane Ouattara, le 6 août dernier, à la veille de la célébration de la fête de l’indépendance. Sortie de l’école de gendarmerie où elle était détenue, deux jours plutard, c’est une véritable liesse populaire qui l’a accueillie à son domicile sis à la Riviera Golf, un quartier huppé de Cocody. Et depuis cette date, les visites s’enchainent chez l’ancienne Députée d’Abobo.

Mohamed Sam Jichi dit Sam l’Africain, Jean-Louis Billon, Kouadio Konan Bertin dit KKB, Maurice Kakou Guikahué et la délégation de Gagnoa, Hubert Oulaye et la délégation du Guémon, les artistes zouglou Pat Sacko, Yodé et Siro, Jean-Yves Dibopieu, Mamadou Koulibaly…, les audiences accordées par Mme Gbagbo en un mois dépassent de loin celle de tout autre politicien ivoirien. L’on dénombre d’ailleurs 250 visites dans ce laps de temps. Et ces visites sont loin de s’arrêter. Henriette Konan Bédié, l’épouse du président du PDCI est également annoncée auprès de sa consoeur.

Ce record fait de l’ex-première dame une personnalité incontournable en Côte d’Ivoire. Consciente de cette position, l’épouse de Laurent Gbagbo, ancien Président ivoirien, a donc décidé de prendre son bâton de pèlerin pour prêcher le pardon, la paix et la réconciliation à tous ceux qui l’honorent de leurs visites.
afrique-sur7.fr

SIMONE GBAGBO REÇOIT LE PEUPLE AKYÉ CET APRÈS-MIDI ET DEMANDE QU’ON SE METTE ENSEMBLE POUR #HUER CELUI QUI A ENDEUILLÉ NOTRE NATION…

Simone GBAGBO : Quand on m’a dit que le peuple AKYE venait me saluer, je m’attendais à des tonnes de sacs d’escargots. Mais MERCI. Grace à vous j’ai mangé énormément d’escargots étant à l’école de gendarmerie.

Là d’où je viens là ce n’est pas pour les enfants. Là d’où je viens là quand tu sors, la seule chose que tu veux faire c’est de t’asseoir, causer, rire, et manger. DIEU était avec moi en prison. Il m’a soulagé, m’a nettoyé et m’a rétabli. Je lui dis MERCI. Je vous dis également MERCI d’être venu me voir. C’est important pour moi, mon âme, et c’est important pour la nation.

Je vois au-delà de l’assistance cet après-midi, les gens qui ne sont pas forcement FPI et qui estiment que ce par quoi je suis passée puisse être marqué par une pierre blanche.

Mon problème, mon vœu, mon souhait c’est que la nation ivoirienne qui fait un seul territoire face aussi UN PEUPLE uni et soudé. LE PEUPLE DOIT ETRE SOUDE AUTOUR DE LA NATION. Celui qui Ne respecte pas les intérêts de la nation, on doit se mettre ensemble pour le huer. Mais celui qui accomplit selon les intérêts de la nation et se range du côté de La nation, on doit l’accueillir les bras ouverts.

Sachons êtres sages, ouverts, généreux de cœur, de pensée et d’esprit. On crie : GBAGBO LAURENT DOIT VENIR. Mais quand il viendra, il va atterrir ou ? IL va atterrir dans un territoire acquis par d’autres ou un territoire qui appartient au peuple ivoirien ? Moi si tu me sors de ce débat, je n’ai plus rien à faire.

PEUPLE AKYE. Quand on dit FPI on dit AKYE. Il Ya un jour en 1990 ou nous sommes allés au TRESOR ou nous devons payer la caution de 20 millions de la candidature de GBAGBO LURENT. Nous y avons trouvé une dame qui nous a dit VENEZ PAR ICI C’EST ICI QU’ON DEVAIT DEPOSER L’ARGENT. Nous sommes allés vers elle et elle a dit JE SUIS AKYE. On s’est assis, elle a compté nous a donné notre reçu et on est parti. Elle ne nous l’a pas dit clairement mais elle nous a dit JE SUIS AKYE. Ça voulait tout dire.

Frères AKYE, Sœurs AKYE c’est vers vous que je vais me tourner pour la cote d’ivoire. Tous les AKYES doivent être présents pour la cote d’ivoire. Si UN n’est pas présent, moi SIMONE GBAGBO j’irai le tirer.

C’est une grande mission. C’à quoi j’aspire c’est que je puisse compter sur vous pour recoudre le tissu du FPI qui a été déchiré toujours autour des intérêts de la nation.

Quand GBAGBO s’est présenté et qu’il a dit qu’il a un PLAN et un PROJET pour la cote d’ivoire. On a dit OK Nous te suivons. Son PLAN ETAIT DE CONSTRUIRE UNE NATION INTEGRE, EDUQUEE, PROSPERE. C’est ça le rêve. Et pour bâtir ce rêve, il a dit qu’il avait des points que nous devons faire. Il a dit de multiplier les universités, de construire les hôpitaux, faire les routes, nous devrions avoir un peuple fort, honnête. Et nous l’avons suivi. Mais est ce que cet objectif est atteint ? C’est parce que cet objectif n’est pas atteint c’est pour ça que GBAGBO LAURENT N’est pas mort sous les bombes.

GBAGBO EST DESTINE A REVENIR ICI POUR ACHEVER CE QU’IL AVAIT COMMENCE. Sa mission est une mission DIVINE. NE NOUS LAISSONS PAS DISTRAIRE. ON VA ALLER JUSQU’AU BOUT.

Mettons nous en rangs de bataille et debout dès maintenant. Les petits problèmes qui peuvent nous distraire là, qu’on se mette au-dessus et on a qu’à avancer. Ce travail-là on n’a pas besoin fortement d’être FPI. C’est pour ça j’appelle tout le monde autour de ce travail.

QUE DIEU VOUS BENISSE…

Léo Ahile/#REZOPANACOM

école gratuite en CIV, le mensonge qui perdure !

 

Mesdames et messieurs de l’Unesco et de la communauté internationale sachez que l’école publique en Côte d’Ivoire n’est pas gratuite. Mme Kandia Camara vous ment. Voilà

Je soutiens la Fesci aujourd’hui et je soutiendrai la Fesci demain, relativement à son action contre la mafia des inscriptions. Je m’explique. D’abord sur le plan éthique. Le président Alassane Ouattara a promis que s’il arrivait au pouvoir, les frais d’inscription à l’école publique seraient supprimés. Sept ans qu’il est là et aucun début de commencement d’application de cette promesse électorale. Bien au contraire.

L’image contient peut-être : 1 personne

Deux : sur le plan de la bonne gouvernance. Voici donc une mafia qui a été mise en place, pour se sucrer sur le dos des pauvres parents. Au ministère de l’Education, il y a pas moins de 11 fonds (FAES, FNE, Frec, Fosen, FSPS, FSO, etc.) qui ont été créés majoritairement depuis l’avènement du RDR et qui n’ont jamais été audités. Tous ces fonds sont directement alimentés par les frais d’inscription en ligne de 6 000 FCFA. Chaque année, ce sont des millions d’élèves qui s’inscrivent.
Trois : l’enrichissement illicite. Si 4 000 FCFA sur les 6 000 FCFA sont justifiés par des mesures prises par l’Etat lui-même, sans qu’on ne sache trop à quoi ils servent, du reste ; 1 000 FCFA servent à enrichir une structure (Celpaid) appartenant à un cadre du RDR, dont le seul mérite est de servir de plate-forme à l’inscription en ligne, comme si le Trésor ne pouvait pas avoir une telle plate-forme. Au passage, personne ne peut dire où passent les 1 000 FCFA qui ne sont affectés à rien et qui sont pourtant payés. Sur cette somme, le ministère prétend que 1 000 FCFA sont destinés aux Coges, or nous payons encore des frais de Coges dans les établissements.
Quatre : système parallèle. Mais là où tout cela est choquant, c’est que le ministère nous fait payer deux fois. Par un moyen malhonnête qui consiste à assumer l’existence uniquement de l’inscription en ligne, tout en nous faisant croire que l’inscription physique ne relève pas de lui. C’est malhonnête, c’est méchant, ce sont des méthodes de voyous ! Je répète donc : je soutiens fermement la Fesci et j’invite nous les parents d’élèves qui n’avons d’autre choix que d’inscrire nos enfants et petits-frères dans nos écoles pourries du pays, à demander au gouvernement d’arrêter de se foutre de nous. Il est nécessaire que cette gouvernance par la punition cesse. Trop c’est trop !
Andre Silver Konan

CPI – Le procureur retire deux éléments des chefs d’accusation contre Blé Goudé

Communiqué du cabinet du ministre Charles Blé Goudé :
‭ La C P I :
Avant le premier octobre le procureur de la C P I abandonne déjà deux charges contre charles Blé Goudé sur les 5 dont il était accusé.
Il s’agit des incidents 3 et 4 relatifs au prétendu bombardement du marché Siaka Koné d’Abobo le 17 Mars 2011 et la répression de la marche des femmes d’Abobo le 03 Mars 2011 .
Au vue des arguments développés par La Défense du ministre Charles Blé Goudé, le procureur est d’avis qu’aucun lien n’existant entre Charles Blé Goudé et ces événements, il abandonne ces charges.
Avant donc le premier octobre , la vérité est en train de prendre le pas sur les allégations.
Nous restons en union de prière pour Charles Blé Goudé et le président Gbagbo.

Pour le directeur de cabinet et porte parole
Diaby Youssouf

pris sur la toile: un ivoirien dans un taxi a trouvé les papiers d’un autre ivoirien, à la double nationalité, mais aussi à la double identité !

ÉLECTIONS IVOIRIENNES
« Je ne vois pas comment le Gouvernement pourrait refuser d’exécuter une décision prise par une organisation, la CADHP (Cour africaine des droits de l’homme et des peuples), à laquelle il a librement adhéré. S’il ne le fait pas, nous pourrions attaquer les résolutions prises par cette CEI illégale devant les instances internationales »
Pascal Affi N’Guessan
Président légal du FPI
Jeune Afrique du 19 février 20
Bally Ferro

Une pensée sur “quelques nouvelles…

  • 11/09/2018 à 23:15
    Permalink

    Comment peut on recevoir des chinois dans notre continent, pays pour creer et innover des infrastructures , comment lafrique peut se developper, avec ce quon sait de la chinois, matiere premiere nulle, la cote divoire yako, on est foutu, et en plus on recois les terrorites de gaza chez nous eeehhheee cote divoire, comment nous allons devenir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *