Meeting de l’opposition à Anono

Cette opposition est celle des anciens « amis », qui découvrent brutalement le vrai visage de la dictature Ouattara.EDS n’est nullement concerné

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes, personnes debout, chaussures et plein air

Moins de 5 jours que l’appelle a été lancé, les ivoiriens n’ont pas attendus que les cars viennent les chercher .Ils n’ont pas eu besoin de pain et sardines avant d’effectuer le déplacement ce jour au terrain d’ANONO . que le vieux barouan gouali et les vuvuzela de RDR qui depuis ce matin passent en bouclent des caisses de bières sur les forums disant quelle seraient partagé aux militants sachent bien que ,c’est à leur militants bornés qu’ils continuent de mentir malheureusement .

L’opposition, soudée, ce n’est que le début .

La lutte continue

Côte d’Ivoire : Ce Samedi 6 juillet 2019 plusieurs partis politiques de l’opposition ont organisé un meeting pour réclamer la gratuité des pièces d’Identités qui coûte 5 000 frs CFA soit 8 Euros et demander plus de démocratie.

YASMINA OUÉGNIN À ONONO:L’image contient peut-être : 2 personnes, plein air

‘NOUS NE CEDERONS PAS’

« Nous voulons démontrer que les ivoiriens savent se mobiliser pour la Côte d’Ivoire. Le regime du rhdp s’est arrogé de tous les droits et cela contre la constitution>>

Nous voulons que notre peuple voit que leur representant travaille pour elle. Nous voulons tous vivre dans un pays ou il n y a pas de risques d’affrontements. Notre constitution est constamment viole.

Ceux qui disent que les élections de 2020 sont bouclées et gérées n’ont rien compris de notre histoire récente. Nous ne sommes pas prêts à marchander notre liberté notre souveraineté.

On peut tromper un parti du peuple, tout le peuple un temps mais pas tout le peuple tout le temps. » a t-elle martelé cet après-midi

URGENT – MEETING D’ANONO POUR RÉCLAMER LA GRATUITÉ DE L’OBTENTION DE LA CNI.

Le Professeur BAMBA MORIFÉRÉ, père de Bamba Affoussiata Lamine déclare : »(…)Nous ne laisserons pas qu’un aventurier vienne gâté notre pays et nous vendre nos propres pièces. »

Rappelons que tous les partis d’opposition en Côte d’Ivoire se sont donnés rendez-vous ce samedi 06 Juillet au stade d’Anono dans la commune de Cocody pour protester contre l’adoption du projet de loi qui prévoit l’etablissement de la Carte Nationale d’identité CNI à 5000 FCFA.

Dès 11h ce jour le stade commençais à refuser du monde, avec plus de 25.000 personnes présentes à cette manifestation selon les organisateurs. On peut dire que les ivoiriens sont sortir massivement pour décrier, ainsi que les partis d’opposition, leur indignation vis a vis de la violation de l’article 29 du code électoral qui prévoit que en période électorale l’établissement des CNI doit être GRATUIT.

Quel est cet intérêt manifeste des partis de l’opposition à ne pas céder à cette mesure de payer les CNI ?

Les partis dénonce le fait que le ministre de l’intérieur a dit devant l’assemblée nationale que « les CNI feront office de carte d’electeur ».

Car selon eux faire payer les CNI à la population serait de priver leurs électeurs les plus démunis au droit de vote. Et jouir du pouvoir pour octroyer des cartes à leurs électeurs (le RHDP) et remporter haut les mains les élections presidentielles.

ANONO est donc le début d’une longue route des 40 partis d’opposition de Côte d’Ivoire qui réclament en plus de la GRATUITÉ des CNI, la reforme sérieuse de la CEI et le retour en Côte de tous les acteurs politiques tels que LAURENT GBAGBO et CHARLES BLÉ GOUDÉ ainsi que la libération de tous les prisonniers post-électorale de 2010 qui sont au nombres de plus d’une quarantaine.

#Bamba_Morifere :  » Ce meeting est un meeting d’échauffement. Le commencement d’une série de meeting pour manifester contre dramane au pouvoir.

Depuis que dramane est au pouvoir, il y a un recul de la démocratie en Côte d’Ivoire(…) (…)Nous ne pouvons pas accepter qu’un aventurier vienne détruire notre pays, transforme notre pays dans une dictature.

La CEI est vidée de tout son pouvoir.

Dramane a multiplié les institutions. Il a nommé les sénateurs.

Le constitutionnel est devenu une institution aux ordres.

#Économie: tout tourne de la famille de dramane. Les centres de santé sont de véritable mouroir.

#Politique: passage en force. Dramane met une commission en place pour un passage en force.

Au lieu de faire toutes ces parodies ouattara gagnerait à prendre un décret pour s’éterniser au pouvoir

Nous sommes venus donner la mobilisation de toutes les forces pour un embrasement total du pays pour dire non à dramane… »

JEAN-BEDEL GNABLI RLF Radio Libre Francophone

 L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes deboutInvitée au meeting de l’opposition, Pulcherie Gballet, présidente de la plateforme Alternative Citoyenne Ivoirienne ( ACI) appelle a un autre rassemblement:

 » Nous avons initié une petition pour exiger un dialogue inclusif … Il avait dit qu’il rendrait le pays ingouvernable et nous y sommes … Nous invitons tous les ivoiriens le 15 juillet à un rassemblement devant le siege de l’ONU. », a telle lancé.

Après le meeting D’ANONO, Bamba Moriféré échappe aux vraies escadrons de la mort.

Tentative d’enlèvement du professeur BAMBA Moriféré ce soir par une milice de Dramane Ouattara. En effet des personnes se sont introduites dans son domicile au prétexte de vouloir l’auditionner avec des fourgons blindés garés dans la rue à l’entrée de son domicile. En réalité, il s’agissait de la milice que ce pouvoir a monté pour semer la terreur en Côte d’Ivoire et spécialisée dans les enlèvements des opposants.
La police républicaine connaît son droit et sait qu’on ne peut pas se présenter dans un domicile privé sans convocation préalable, sans mandat et surtout pas de nuit à 21h.
La milice a échoué sa tentative d’enlèvement a parce que le domicile du professeur était bondé de monde et pour la plus part des hommes de droit et notamment ses avocats qui ont posé la question à la milice qui ne réalisait même pas la forfaiture qu’elle était entrain de commettre.
Quel descente en enfer de dictature pour le pays qui se voulait un pays de droit.
Paul Evra à OBSERVATOIRE DEMOCRATIQUE EN COTE D’IVOIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *