Méchanceté gratuite contre Adjamé Village : L’aveu honteux du coordonnateur du Projet

14.472 ménages devraient théoriquement percevoir 30 milliards FCFA dès la semaine prochaine, à en croire Issa Ouattara, coordonnateur du Projet de transport urbain d’Abidjan (PTUA). Ce dernier a avoué, dans un entretien accordé au journal Le Nouveau Réveil, qu’aucun propriétaire n’a encore été dédommagé, contrairement à la communication faite par des proches du pouvoir. Alors question : pourquoi avoir tenté de déloger les habitants d’Adjamé Village, avoir bombardé au gaz lacrymogène le siège de la chefferie traditionnelle ?

Les formalités pratiques sont mises en œuvre pour procéder à l’indemnisation des populations impactées par les travaux de construction du 4ème pont d’Abidjan qui va relier la commune de Yopougon à celle du Plateau, via Attécoubé et Adjamé. Pour bien montrer qu’il fait bien son travail, alors que personne ne pourra consulter cette fameuse liste des bénéficiaires, encore moins la clé de répartition des 30 milliards FCFA, Issa Ouattara, coordonnateur du Projet de transport urbain d’Abidjan (PTUA) a invité certains journalistes sur le terrain.

Sur place, ils ont trouvé des personnes se présentant comme des locataires ayant-droits et qui remplissaient des formalités, en vue de percevoir les montants prévus pour leur dédommagement par le gouvernement. Ces indemnisations pour les locataires s’élèvent à 250 000 FCFA.

« Nous avons 3500 locataires impactés par ce projet. Au moment où je vous parle, 2500 locataires sont déjà venus et ont signé les procès-verbaux de négociation. Et à partir de la semaine prochaine, nous allons commencer les paiements des populations », révèle le coordonnateur. Cela fait 875 millions FCFA, pour le dédommagements des locataires.

Le siège de la chefferie d'Adjamé Village bombardé au gaz lacrymogène
Le siège de la chefferie d’Adjamé Village bombardé au gaz lacrymogène

Comment a-t-on donc établi le chiffre de 14 472 ménages impactés par le projet ? A moins que le PTUA explique que les autres 10 972 ménages sont des propriétaires, il est quand même curieux que dans le Tout Abidjan, il y ait trois fois plus de propriétaires que de locataires…

 

 

14472 ménages concernés par l’opération, plus de 6000 ménages ont déjà signé les PV de négociation et qu’en moyenne, 300 et 400 PV de négociation sont signés par jour »

Une chose est certaine, dans le flou comme cela se fait habituellement en Côte d’Ivoire, le coordonnateur explique que « de façon globale, l’opération se déroule aussi bien à Yopougon, à Attécoubé qu’à Adjamé, au service technique de la mairie ». Ce dernier précise qu’à ce jour, sur les 14 472 ménages concernés par l’opération, plus de 6000 ménages ont déjà signé les PV de négociation.

Les zones concernées

Issa Ouattara indique qu’à Yopougon, les zones concernées par les indemnisations sont Yaossehi, le quartier Doukouré et Nouveau Quartier. A Attécoubé, l’on note Fromager, Jean-Paul 2, Santé et Boribana. Quant à Adjamé, deux zones concernées par le dédommagement : Bromakoté et Adjamé Village.

« Concernant les propriétaires, les responsables du projet ont expliqué que le dédommagement est fait après une expertise vénale et selon sa spécificité (propriétaire ou propriétaire-résident). Le dédommagement peut être en numéraire ou en une autre maison de même type », précise Le Nouveau Réveil.

Alors question : si tant est que le PTUA reconnaît lui-même qu’il n’a encore dédommagé personne, pourquoi le gouvernement s’est-il acharné sur Adjamé Village, pour obliger les habitants à déguerpir ?

Elvire Ahonon, ivoiresoir.net

A lire aussi : 4è pont d’Abidjan, le chef d’Adjamé Village catégorique : « Nos parents n’ont rien reçu »

4è pont d’Abidjan : Pourquoi déguerpir Adjamé Village, avant les indemnisations ?

Le projet de construction du 4 ème pont de la ville d’Abidjan commence à prendre forme. Entre déguerpissement et indemnisation des populations des zones concernées les discussions font rage.

Ce vendredi 7 septembre 2018, suite à une opération de déguerpissement, dans le cadre de la construction du futur 4 ème pont d’Abidjan, les populations ont passé un sale moment. Les forces de l’ordre ont dispersé la foule qui s’apprêtait à effectuer une marche de protestation.

Selon Fraternité Matin, les dédommagements commencent cette semaine
Selon Fraternité Matin, les dédommagements commencent cette semaine

« Cessez de nous embêter personne n’a dédommagé quelqu’un. Un État laisse toujours des traces pour l’argent qu’il décaisse. Le président peut faire une faveur à quelqu’un, il peut ne pas avoir de trace. Mais dédommager un peuple pour une telle chose, nous n’avons rien reçu, nos parents n’ont rien reçu. Je le dis très fort parce que je suis né avant qu’Abidjan ne soit développé, et je sais de quoi je parle. Alors cessez cette histoire », avait lâché le chef d’ village sur la question d’un éventuel dédommagement de ses populations par l’État.

Selon un article du quotidien gouvernemental ‘’Fraternité Matin’’ paru le mercredi 12 septembre 2018, Issa Ouattara coordonnateur du programme du transport urbain d’Abidjan (PTUA), le début du dédommagement démarrera c’est dans une semaine. Il a même ajouté que le déplacement des populations se fera de façon échelonnée. « D’un coût total de trente milliards de FCFA, les phases d’indemnisations débuteront dans une semaine.

Les principaux concernés

Ce sont aux totaux 14472 ménages qui sont concernés par cette indemnisation. Ces ménages sont situés dans 3 communes. Notamment, Yopougon (Yao-sehi, Doucouré et nouveau quartier), Attécoubé (les quartiers fromagers, Jean-Paul 2, santé et boribana), Adjamé (Les quartiers Bramakoté et Adjamé village). Les personnes impactées sont les propriétaires et locataires de maisons, les locataires de magasins ou commerçants des zones concernées.

Les propriétaires résidents seront logés par l’État de Côte d’Ivoire dans les zones de N ‘dotré, d’Anyama ou de Songon ». Mais pourquoi, cette charrue avant les bœufs ? En tout état de cause, il est difficile pour les villageois, de comprendre la réaction des forces de l’ordre ce vendredi 7 septembre 2018 où, même la chefferie n’avait pas été épargnée des émeutes.

Roxane Ouattara, ivoirsoir.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *