L’enfer du Yemen

Des bombes à fragmentation aux déchets toxiques, l’Arabie Saoudite crée le prochain Fallujah au Yémen

Alors que les chrétiens du monde entier et les autres croyants prient pour conjurer la menace du Coronavirus, enfermés dans leur petit monde, ils sont bien loin de la géopolique. Priant pour que se lèvent des prophètes, ils ne lisent pas, ne s’instruisent pas, sont donc totalement ignorants de ce que leurs dirigeants font aux quatre coins de la planète, semant la mort, le désespoir, la ruine et le chaos. Un peu de curiosité leur aurait ouvert les yeux sur les dessous des guerres menées, non par les peuples, mais par les occidentaux qui tirent les ficelles. Le nazisme qui était en son temps l’horreur absolue est bien dépassé maintenant. Le génocide juif ne sert plus qu’à masquer la forêt des génocides perpétrés en Asie,  Afrique, Amérique latine, et ailleurs. Une constante : non ce ne sont pas les Chinois et les Russes qui fomentent les guerres, mais l’Occident bien chrétien du « God bless America » et de ses vassaux européens, laïcs, certes, mais aux troupes chrétiennes bien endormies.
Shlomit

par Ahmed Abdulkareem.

Du déversement de déchets toxiques dans la mer au bombardement des fermes du Yémen avec des tonnes de bombes à fragmentation non explosées, l’Arabie Saoudite crée un héritage si toxique au Yémen que les experts estiment que le pays pourrait mettre un siècle à s’en remettre.

Alors que l’attention du monde entier est tournée vers la pandémie de COVID-19 qui se propage rapidement, les Yéménites se remettent de leur propre tragédie, confrontés aux milliers de bombes à fragmentation, mines terrestres et autres munitions explosées qui jonchent désormais leur territoire. Hier encore, un jeune enfant a été tué et un autre blessé dans le district d’al-Ghail, dans l’État du Jawf, lorsqu’une mine terrestre laissée par l’Armée Saoudienne a explosé, ont déclaré des témoins à MintPress. Outré et terrifié par la présence de ces munitions non explosées, Ahmed Sharif, un père de 9 enfants qui possède une ferme dans le district, a qualifié les munitions non explosées de « menace importante pour nos enfants ».

En début de semaine, des milliers de bombes à fragmentation contenant entre des dizaines et des centaines de sous-munitions plus petites ont été larguées par avion et dispersées sans discernement sur de vastes zones près de la ferme de Ahmed. Un grand nombre de ces munitions n’ont pas explosé à l’impact, créant ainsi une nouvelle menace pour les habitants déjà ébranlés par 5 années de guerre, de famine et de blocus économique. L’utilisation, la production, la vente et le transfert d’armes à sous-munitions sont interdits par la Convention sur les armes à sous-munitions de 2008, un accord international reconnu par plus de 100 pays, mais rejeté par l’Arabie Saoudite et les États-Unis.

On estime que l’Arabie Saoudite a largué des milliers de tonnes d’armes fabriquées par les États-Unis à Al-Jawf au cours des 100 derniers jours seulement. Al-Jawf est une province riche en pétrole qui se trouve dans le centre-nord du Yémen, le long de la frontière saoudienne. La campagne aérienne est probablement un ultime effort pour endiguer le succès des combattants volontaires locaux qui ont fait équipe avec les forces houthies pour reprendre de larges portions des provinces d’Al-Jawf et de Marib. Cette campagne, à toutes fins utiles, a échoué.

Une bombe non explosée larguée par un avion de guerre saoudien est récupérée dans une ferme de grenadiers dans le district de Jamilah à Sadaa

Mercredi, les Houthis ont annoncé que leur opération militaire – baptisée « Dieu les a vaincus » – était terminée et qu’Al-Jawf était libéré de l’occupation saoudienne. Selon des sources houthies, plus de 1 200 combattants de la coalition dirigée par les Saoudiens ont été tués ou blessés pendant l’opération et des dizaines de soldats saoudiens, dont des officiers, ont été capturés. Les Houthis ont également frappé en profondeur sur le territoire saoudien en représailles aux plus de 250 frappes aériennes saoudiennes qui ont été menées pendant la campagne. Lors de multiples opérations, des missiles balistiques et des drones ont été utilisés pour cibler des installations à l’intérieur de l’Arabie Saoudite, selon les responsables.

Les pertes saoudiennes ne se sont pas limitées à Al-Jawf non plus. La semaine dernière, la province de Marib, qui est adjacente à la capitale du Yémen, Sanaa, a été reprise après de violents combats avec les forces saoudiennes. Les combattants tribaux locaux ont pu dégager des zones stratégiques dans le district de Sirwah avec l’aide des forces houthies et prendre le contrôle de la ville de Tabab Al-Bara et des collines stratégiques de Tala Hamra qui surplombent la ville de Marib. La coalition dirigée par les Saoudiens et ses militants alliés ont d’abord admis leur défaite, mais ont ensuite décrit leur défaite comme un repli tactique.

Marib est maintenant le deuxième gouvernorat yéménite adjacent à l’Arabie Saoudite à tomber sous le contrôle des forces de résistance du Yémen au cours du mois dernier, al-Jawf étant le premier. Les deux provinces ont une importance stratégique pour l’Arabie Saoudite et pourraient servir de point de départ potentiel pour des opérations dans la province de Najran en Arabie Saoudite.

« L’Arabie Saoudite et l’Amérique ont semé la mort sur nos terres »

Les zones urbaines très peuplées de Sana’a, Sadaa, Hodeida, Hajjah, Marib et al-Jawf ont été soumises à des campagnes de bombardement incompréhensibles pendant la guerre menée par les Saoudiens contre le Yémen, qui fête ses cinq ans le 26 mars. L’ampleur même de cette campagne, qui voit souvent des centaines de frappes aériennes distinctes effectuées chaque jour, associée à sa nature indiscriminée, a fait du Yémen l’un des pays les plus pollués au monde.

Depuis 2015, date du début de la guerre, les avions de guerre de la coalition ont effectué plus de 250 000 frappes aériennes au Yémen, selon l’Armée Yéménite. 70% de ces frappes aériennes ont touché des cibles civiles. Des milliers de tonnes de munitions, le plus souvent fournies par les États-Unis, ont été larguées sur des hôpitaux, des écoles, des marchés, des mosquées, des fermes, des usines, des ponts et des centrales électriques et de traitement des eaux, et ont laissé des munitions non explosées éparpillées dans des zones densément peuplées.

Une proportion importante de ces munitions est toujours enfouie dans le sol ou dans les décombres des bâtiments bombardés, ce qui constitue une menace pour les civils et l’environnement. Comme le dit Man’e Abu Rasein, un père qui a perdu deux fils à cause d’une bombe à fragmentation non explosée en août 2018 : « L’Arabie Saoudite et l’Amérique ont semé la mort sur nos terres ». Les fils d’Abu Rasein, Rashid, dix ans, et Hussein, huit ans, faisaient paître le troupeau de moutons de leur famille dans le village d’al-Ghol, au nord de Sadaa, loin de tout champ de bataille. Ils ont repéré un objet d’apparence inhabituelle et, comme la plupart des jeunes garçons curieux, l’ont ramassé pour l’étudier. Mais l’objet qu’ils ont trouvé n’était pas un jouet, c’était une arme à sous-munitions non explosée larguée par un avion saoudien. Après avoir entendu une explosion, la famille des garçons est allée voir ce qui s’était passé et les a trouvés morts, couverts de sang.

Un groupe d’enfants du district de Sahar inspecte une bombe à fragmentation larguée par un avion de guerre saoudien dans une ferme de Sadaa, le 18 mars 2019. Abdullah Azzi | MintPress News

Depuis mars 2015, Human Rights Watch a enregistré plus de 15 incidents impliquant six types différents de sous-munitions dans au moins 5 des 21 gouvernorats du Yémen. Selon le Projet d’Action d’Urgence contre les Mines du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), certaines des zones les plus touchées par les mines et les REG (Restes Explosifs de Guerre) sont signalées dans les gouvernorats du nord, à la frontière de l’Arabie Saoudite, dans les gouvernorats côtiers du sud et dans les gouvernorats du centre-ouest, toutes les zones entourant les régions du Yémen dominées par les Houthis. Rien que depuis 2018, le PNUD a déminé près de 9 000 mines terrestres et retrouvé plus de 116 000 restes explosifs de guerre au Yémen.

De la guerre du Yémen de 1994 aux six guerres de Sadaa, les Yéménites ont souffert de plusieurs guerres au cours des trois dernières décennies. Mais en raison de la forte concentration d’armes américaines, la guerre en cours a fait des victimes comme on n’en avait pas vu au Yémen depuis des centaines d’années. À Sadaa, la coalition saoudienne a laissé un important héritage de munitions non explosées, jusqu’à un million selon les chiffres fournis à MintPress par le Yemeni Executive Mine Action Center (YEMAC), une organisation soutenue par les Nations unies.

Le Directeur de Projet du YEMAC a identifié une pollution induite par des armes à sous-munitions lourdes dans les gouvernorats de Saada, al-Jawf, Amran, Hodeida, Mawit et Sanaa, y compris dans la ville de Sanaa. Une pollution a également été signalée à Marib. Pour l’instant, le YEMAC est la seule organisation travaillant dans tout le pays pendant la guerre en cours. Leurs équipes sont confrontées à une situation très complexe, se débarrassant à la fois des munitions conventionnelles et des bombes larguées d’avions, y compris les restes explosifs de roquettes de guerre, d’obus d’artillerie, de mortiers, de bombes, de grenades à main, de mines terrestres, de bombes à fragmentation et d’autres sous-munitions et explosifs similaires.

L’héritage toxique de l’Arabie Saoudite

En plus de tuer et de blesser des centaines de civils, les armes fabriquées aux États-Unis ont exposé la population du Yémen à des substances hautement toxiques à un niveau jamais vu depuis l’infâme utilisation d’uranium appauvri radioactif par les États-Unis à Falloujah, en Irak, qui, à ce jour, provoque des taux anormalement élevés de cancers et de malformations congénitales.

Les produits chimiques dangereux provenant des déchets militaires de la coalition saoudienne, notamment les matières radioactives, les hydrocarbures de carburant et les métaux lourds, ont déjà provoqué des épidémies. Les véhicules abandonnés sur les champs de bataille, généralement dans divers états de destruction, contiennent des substances toxiques, notamment des polychlorobiphényles (PCB), des chlorofluorocarbures (CFC), des résidus d’uranium appauvri, des métaux lourds, des munitions non explosées, de l’amiante et des huiles minérales. Des centaines de ces débris militaires restent accessibles au public à Nihm, al-Jawf, Serwah, Marib et dans tout le Yémen.

Outre la menace qu’elles représentent pour la vie et les membres, les munitions non explosées contiennent des substances toxiques comme le RDX, la TNT et des métaux lourds qui libèrent des niveaux importants de substances toxiques dans l’air, le sol et l’eau. Selon le Ministère de l’Eau et de l’Environnement et le Ministère de la Santé, qui ont entrepris des évaluations environnementales sur l’impact des bombardements urbains, des niveaux élevés de déchets dangereux et de polluants atmosphériques sont déjà présents dans une zone peuplée.

Une jeune fille blessée par une bombe à fragmentation larguée par un avion de guerre saoudien près de la frontière entre le Yémen et l’Arabie Saoudite, le 18 mars 2020. Photo | YEMAC

Outre les quantités encore inconnues de restes d’armes plus conventionnelles au Yémen, les déchets provenant du déblaiement des bâtiments bombardés se sont avérés particulièrement contaminés par des matières dangereuses, notamment l’amiante qui est utilisé dans les applications militaires pour l’isolation acoustique, l’ignifugation et le câblage entre autres. Les incendies et la fumée intense qui s’échappent des zones civiles très peuplées à la suite des bombardements saoudiens constituent également une menace imminente pour la santé humaine. Ces épais nuages de fumée toxique, que l’on voit couramment dans de nombreuses villes yéménites depuis le début de la guerre, s’attardent parfois pendant des jours et recouvrent les surfaces et les poumons des gens de toxines dangereuses comme les HAP, les dioxines et les furanes, des substances dont il a été démontré qu’elles provoquent le cancer, des problèmes de foie et des malformations congénitales.

Avant le début de la guerre, la plupart des matières dangereuses étaient transportées par camion à Sanaa où elles étaient séparées et éliminées de manière appropriée dans la vaste usine de traitement d’al-Azragein, au sud de la capitale. Mais cette usine a été l’une des premières cibles détruites par les frappes aériennes saoudiennes après le début de la guerre. Après le bombardement, des flaques et des tas de matières toxiques ont été laissés se mélanger à l’eau de pluie et s’infiltrer dans les zones environnantes. Les chercheurs yéménites tentent toujours de saisir l’ampleur de la pollution due aux produits chimiques bio-dangereux présents sur le site.

Bien qu’une évaluation environnementale complète de l’impact des bombardements urbains au Yémen n’ait pas encore été réalisée, de nombreux hôpitaux et agences environnementales ont enregistré des niveaux élevés de déchets dangereux et de polluants atmosphériques. On peut également se faire une idée des effets à long terme à partir d’études menées dans des régions où des toxines similaires ont été utilisées, notamment par les États-Unis à Falloujah, en Irak et au Vietnam, où des évaluations scientifiques ont montré une augmentation des cas de malformations congénitales, de cancer et d’autres maladies, y compris chez les vétérans américains.

Dans le sud du Yémen, où l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis opèrent en grande partie sans être contestés, la coalition s’est débarrassée des déchets militaires dans de vastes tranchées dépourvues de toute mesure visant à atténuer les retombées toxiques potentielles. Les déchets sont déversés dans de grands trous et soit détruits à l’explosif, soit simplement enterrés, contaminant inévitablement le sol et les eaux souterraines selon les données du Programme des Nations Unies pour l’Environnement.

Le littoral du Yémen n’a pas été épargné non plus. L’Autorité Générale pour la Protection de l’Environnement du pays a déclaré mercredi que la coalition dirigée par les Saoudiens déverse des déchets toxiques et pollués sur les côtes du Yémen et dans les eaux régionales yéménites, causant de grands dommages à l’environnement marin, la mort de poissons et d’organismes marins, et dans certains cas, changeant même la couleur de la mer en un vert toxique. L’agence a déclaré qu’en plus de déverser des déchets toxiques, la coalition autorisait des pratiques de pêche dangereuses telles que le dragage marin et l’utilisation d’explosifs par des navires étrangers, détruisant ainsi l’environnement marin et les récifs coralliens.

100 ans avant la sécurité

Des milliers de Yéménites déplacés ne peuvent envisager de rentrer chez eux en raison du grand nombre d’explosifs potentiellement cachés dans et autour de leurs maisons. Pour les éliminer tous, il faudrait mettre fin à la guerre et au blocus économique soutenus par les États-Unis. Il faudrait faire venir des équipements spéciaux et des machines blindées telles que des excavateurs blindés, une perspective mince dans un pays incapable d’assurer ne serait-ce que les conditions de vie les plus élémentaires.

Les restes d’une bombe à fragmentation larguée par des avions de guerre de la coalition dirigée par les Saoudiens à l’intérieur d’une maison yéménite. 18 mars 2020. Abdullah Azzi| MintPress News

Les restes explosifs n’affectent pas seulement des vies et des membres, ils empêchent l’utilisation de terres agricoles potentiellement productives et la reconstruction d’infrastructures importantes. Comme de nombreuses zones frontalières de Saada et de Hajjah, les sols fertiles d’al-Jawf et de Marib sont tellement pollués depuis le début de la guerre qu’il pourrait falloir des décennies pour les récupérer. Les restes d’explosifs empêchent également l’accès à des ressources vitales comme l’eau et le bois de chauffage, paralysent les déplacements des habitants, notamment des enfants qui se rendent à l’école, et empêchent l’aide d’atteindre ceux qui en ont besoin.

Même si la coalition dirigée par les Saoudiens devait arrêter la guerre immédiatement et lever le blocus, son héritage de bombardements aveugles à une si grande échelle se fera sentir pendant des années. En raison de l’intensité des bombardements, les experts du Yemeni Executive Mine Action Center du Programme des Nations Unies pour le développement estiment que le déminage pourrait prendre au moins 100 ans dans les grandes villes. Malgré ces dangers, les familles désespérées qui n’ont nulle part où aller profitent des accalmies des frappes aériennes saoudiennes ou des cessez-le-feu de courte durée pour tenter de rentrer chez elles.

source : From Cluster Bombs to Toxic Waste: Saudi Arabia is Creating the Next Fallujah in Yemen

traduit par Réseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *