Le regard de Kyria Doukouré sur le procès Gbagbo

SAVOIR PERDRE

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout

Le président Félix Houphouët Boigny était un amoureux de la boxe. Et quand on lui demandait les raisons de son attachement à ce sport, il répondait qu’il admirait les gestes de la fin. Le vainqueur tendait la main au vaincu, le prenait dans ses bras et le félicitait alors qu’il y a quelques minutes, les deux se rudoyaient violemment. C’est d’ailleurs pour ce moment hautement humain que la boxe est appelée « le noble art » parce qu’elle exige à la fois honneur, dignité et humanité des pratiquants.

Malheureusement, les héritiers indignes du père fondateur de la nation qui ont le fait choix de mettre le feu à l’héritage n’ont pas cette noblesse qui caractérise les Grands Hommes.

En ce qui concerne l’ex-président Laurent Gbagbo, nous avons fait le choix, nous tous de son transfert à la CPI. Nous pensions que c’est ce qu’il y avait de mieux pour la Côte d’Ivoire. Nous avons monté le dossier d’accusation en complicité avec le bureau du procureur. Je veux être véridique alors que personne n’essaie de se défausser. Tous les partis politiques membres du RHDP d’alors étaient d’accord avec cette démarche. Bien sûr qu’il y avait des personnes qui désapprouvent, mais dans l’ensemble, les machines politiques étaient d’accord. Nous étions convaincus de notre bon droit et du fait qu’il serait rapidement condamné.

Et les années sont passées et avec elles nos fameux témoins. Mais l’impensable s’est produit. Cet Homme sans argent, sans aucune relation importante à l’international a été innocenté aux yeux du monde. Parce que, parlons-nous franchement, M. Gbagbo a beau avoir des millions de partisans, qu’est-ce qu’ils auraient pu faire si la CPI décidait de le condamner ? Les juges que ses partisans considèrent comme membres du complot, auraient pu le condamner, même sans raisons apparentes. Ils auraient crié à l’injustice puis ce serait passé. La terre aurait continué de tourner. Mais à la surprise générale, il a été acquitté. Que vous faut-il de plus pour comprendre qu’il y a quelque chose de Divin, de surnaturel dans cette histoire ? M. Gbagbo est ici comme l’orphelin du village qui mange les restes dans les poubelles, dort à la belle étoile mais jamais ne tombe malade. En sus, quand vous essayez de lui nuire, le malheur s’abat sur votre maison.

Que vous faut-il pour voir que vous vous ridiculisez et la Côte d’Ivoire avec. Regarder cette jeune avocate projeter la vidéo de M. Ouattara dans laquelle il renie ses propres avocats comme Simon Pierre reniant Jésus est honteux pour la Côte d’Ivoire. M. Ouattara peut nous mentir ici en Côte d’Ivoire, on s’en accommodera. Nous sommes habitués. Mais transporter le mensonge à l’international est une honte incommensurable. Nous ne méritons pas ça.

Dans le cas de M. Gbagbo à la CPI, il faut avoir l’humilité de reconnaitre que nous avons joué et que nous avons perdu. Cela ne nous enlèvera rien. Bien au contraire, cela pourrait ouvrir de nouvelles perspectives à la paix dans notre pays. Utiliser l’argent du contribuable pour payer des avocats afin que deux compatriotes innocentés soient injustement gardés loin du pays est une honte de trop. La Côte d’Ivoire ne mérite pas ça. M. Ouattara doit nous éviter cette humiliation suprême.

Nous avons joué, nous avons perdu et Laurent Gbagbo a gagné. Le pouvoir doit saisir sa main tendue et lui permettre de revenir dans son pays. Quand le vainqueur te tend la main et que tu refuses de la saisir, tu es un mauvais joueur.
Même Maracana à Abobo, il n’y a pas arbitre mais il y a fair-play.

ATTENTION

PS :Quand j’écris qu’en ce qui concerne le transfèrement du président Gbagbo à la CPI, nous devons admettre que nous nous sommes trompés, le « nous » que j’emploie est un « nous » d’humilité. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de torts à reconnaître aussi dans sa famille politique. Cette humilité est mue par la volonté d’aller de l’avant et d’offrir un meilleur avenir à notre pays.

Je suis d’ailleurs heureuse que la majorité des pro Gbagbo soit dans cet état d’esprit. Dans les évènements que nous avons vécus, personne n’a le monopole de la souffrance et encore moins de la bêtise. La seule chose qui me paraissait injuste depuis le début est qu’un seul camp se retrouve devant la justice alors qu’il faut être deux pour faire la guerre.

En ce qui me concerne, j’admets volontairement nos torts et je suis en droit d’attendre que les autres en fassent de même afin qu’on aille ensemble à la paix. Nous tous avons vu où l’extrémisme pouvait nous conduire. Peu m’importe véritablement qui sera au pouvoir après 2020, pourvu que notre pays soit libre, démocratique et développé.

Réfléchir en Ivoirien et agir en Ivoirien doit être notre leitmotiv.

#ÉpiCèTout
#DaïshiGirl
#TueuseDeMouton et Assimilés

Kyria Doukoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *