la CPI se rappelle à votre bon souvenir…

juste une information parue sur le journal du site la CPI…
CPI : Version publique expurgée de «Le point sur la mise en œuvre des mesures de sécurité du témoin CIV-OTP-P-0164», ICC-02 / 11-01 / 11-295-Conf-Exp, 13 novembre 2012

Section de la participation des victimes et des réparations

1. Le 31 octobre 2012, l’Accusation a déposé une requête en vertu de la règle 35 (2) du Règlement de la Cour («la requête»), demandant l’autorisation de divulguer et d’ajouter de nouveaux éléments à sa liste de preuves pour l’audience de confirmation, notamment: la déclaration et certaines annexes du témoin CIV-OTP-P-0164. L’Accusation a informé la Chambre que la demande de divulgation des pièces de CIV-OTP-P-0164 était conditionnelle et subordonnée à la mise en œuvre de mesures de protection, qui devrait être mise en place au plus tard le 15 novembre 2012. L’Accusation s’est également engagée à tenir la Chambre informée de tout développement concernant la mise en œuvre de ces mesures.

2. Le Procureur informe la Chambre par la présente que [EXPURGÉ]. En conséquence, le témoin CIV-OTP-P-0164 a accepté de communiquer sans délai sa déclaration à la Défense.

3. Afin de faciliter l’accès immédiat de la Défense aux preuves contenues dans la déclaration de CIV-OTP-P-0164 et conformément à l’approche exposée au paragraphe 7 de la demande, l’Accusation informe la Chambre qu’elle déposera une version expurgée de l’annexe A de la demande susmentionnée.

4. Comme indiqué précédemment, la communication de ces éléments avec les expurgations demandées ne constitue pas une divulgation formelle à titre de preuve à charge et ne préjuge en rien de la décision finale de la Chambre sur la demande de divulgation et expurgations.

DEMANDE DE RÉCEPTION DE CE DÉPÔT À TITRE DE CONFIDENTIEL EX PARTE

5. Conformément à la règle 23bis du Règlement de la Cour, le Procureur dépose cette requête et ses annexes comme confidentielles, ex parte, réservées à l’Accusation, dans la mesure où elles concernent des informations ex parte confidentielles.

FATOU BENSOUDA

Fait le 7 mai 2019
À la Haye, Pays-Bas,
communiqué parJessica Traoré

il s’agirait du témoin P164; les mesures prises pour sa protection nous ramènent à oct/nov 2012…en somme on est allé retirer du placard des « confidences » dangereuses pour le témoin, celles expurgées n’avaient pas été suffisantes pour salir LG et/ou CBG et on va nous les resservir non expurgées, mais toujours confidentielles…Visiblement la procureure Bensouda, aulieu d’enquêter sur le camp adverse, nous prépare un jugement en appel. rappelons que le Juge Tarfusser doit étayer ses raisons d’avoir demandé une libération pure et simple des prévenus Laurent gbgabo et Charles Blé Goudé. trois mois sont écoulés, Laurent Gbgabo voit son visa de 3 mois terminé. Vraissemblablement il n’a pas fait sa demande de renouvellement, ce qui dérange au plus haut point la CPI et ses états membres, dont la France…Quant à Charles Blé Goudé, il aurait décliné trois fois une offre d’hévbergement d’un pays triers en europe, ajoutant à la facture de la CPI son loyer dans une suite luxueuse d’un hotel à La haye, celle de ses gardes du corps et une salle de réception où il reçoit ses visiteurs.
Pour information, la CPI vient de refuser deux fois de donner suite à l’appel de deux pays membres souhaitant des enquêtes et des poursuites à l’encontre de leurs adversaires, probablement faute de finances suffisantes….

L’image contient peut-être : 1 personne

Kangoute Idrissa, témoin P164 né en 1967 à Blokosso, Côte d’Ivoire. Lors de la crise, il était militaire (sergent), artilleur sol-air, sol-sol. Et présentement, il est sapeur-pompier (sergent chef). Il revient sur le meurtre des femmes d’Abobo, mais sans être témoin direct, il rapporte juste les propos de ses copains…
Plus de 90 pages sans intérêt que j’ai survolées à nouveau hier… On se demande bien ce que ce témoin précieux aurait à nous révéler à part qu’il a saboté des véhicules militaires en versant du sel dans les réservoirs de carburant, et qu’il avait ses entrées au GolfHotel. L’interrogatoire suivi par le bureau du Procureur a même fait sortir le Juge Tarfusser de ses gong lorsque la substitut Parks a demandé une prolongation…
En attendant de lire la suite, la fin du contre interrogatoire de la défense, un grand merci à Jessica Traoré qui suit l’affaire de près et nous fournit les indices et les documents.
Shlomit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *