Interview du Doyen Abou Cissé

Interview/ Le Doyen Abou Cissé à Ouattara:
«L’opération contre Laurent Gbagbo àla Cpi a échoué»

Abou Cissé, l’oncle de Ouattara, dans cet entretien, annonce le retour très prochain du Président Laurent Gbagbo, avant de faire remarquer que la peur gagne le régime.

Que pensez-vous de la dernière décision de la Cpi sur la suite du procès du Président Laurent Gbagbo ?
Je pense que cela met à nu l’amateurisme de la procureure, Fatou Bensouda. C’est vraiment dommage pour une représentante d’un continent qui dirige une opération contre un continent. Et qui s’affirme dans le mensonge. C’est pour cette raison que l’opération qui est menée aujourd’hui indique bien que nous avons atteint le fond du trou. Et que rien de ce qui peut se dire encore, avec toutes les inquiétudes que nous avons eues, ne peut nous faire peur encore. Les accusés eux-mêmes sont sereins. Parce qu’ils savent qu’ils n’ont rien fait. Ils sont aussi fiers d’être Africains. Sans être un juriste, l’opération indique bien que nous sommes à la fin. Et que tout ce qui se passe actuellement est plutôt en train de non seulement salir davantage la Cpi, mais aussi de laver davantage Laurent Gbagbo. Si aujourd’hui le Rdr est en train d’expliquer à ses militants pourquoi le Président Gbagbo va être libéré.

Bensouda soutenait que le Président Laurent Gbagbo aurait dû être libéré, le 28 mai 2013…
Le Président Laurent Gbagbo est encore maintenu à la Cpi. Il y est retenu dans la perspective que la vérité va s’éclater. Et cette vérité est en train d’éclater. Il savait d’avance déjà qu’elle éclatera. Le Président Laurent Gbagbo est homme spirituel. Il est plein de mysticisme. Et qui, sans être un prophète, s’inscrit dans une dimension spirituelle qui fait de lui quelqu’un d’exceptionnel. Fatou Bensouda vit, elle-même, dans l’inquiétude depuis 2013. Parce qu’en la voyant, on sait qu’elle connait la vérité. Mais elle ne sait pas comment l’exprimer. Elle ne sait pas comment dire à ceux qui l’ont mandaté :«vous avez tort». Et parce qu’elle a subi beaucoup de pressions de la France, particulièrement de Sarkozy, qu’elle s’est permis des mettre la vie de ces hommes en danger. Parce qu’on lui demandait de trouver des alibis. En fait, on sait depuis le départ ce que nous savons aujourd’hui. Mais Dieu merci, le Président Laurent Gbagbo va sortir très bientôt dans la perspective d’une lumière de vérité affirmée depuis 2013. Le Président Laurent Gbagbo va sortir. Et revenir dans son pays.
Des journaux et site français ont sorti des documents critiques qui font de graves révélations. La lumière se dégage sur le procès du Président Laurent Gbagbo. Tout est dit. Ce sont des documents révélateurs. Ils dévoilent le mécanisme de la destruction de la Côte d’Ivoire. Ils indiquent comment le complot a été savamment préparé. Ces documents existent depuis fort longtemps. Nous avons eu vent de son existence.

Robert Bourgi, un ami de Ouattara, affirme dans une interview ac- cordée à un journal panafricain que le Président Laurent Gbagbo n’a pas perdu les élections de 2010.
Lorsque Dieu lui-même déclare la vérité, que peut dire un homme ? Robert Bourgi est aujourd’hui obligé de dire la vérité. Il a compris qu’il est temps de dire la vérité au monde. Même certains proches du régime Ouattara reconnaissent la vérité. Ils le disent dans les coulisses, à travers des discussions de famille. Il m’est parvenu que certains farouches soutiens d’Alassane Ouattara reconnaissent que c’est le Président Laurent Gbagbo qui a gagné les élections. Alors Bourgi n’est qu’un élément qui vient affirmer ce que le régime et ses amis pensent. Comme c’est ce qu’ils se disent en confidence, Bourgi est obligé de dire la vérité devant l’histoire, que c’est Gbagbo qui a gagné les élections.

Il affirme aussi que le retour du Président Laurent Gbagbo va drainer du monde…
son retour va drainer toute la Côte d’Ivoire. Et même toute l’Afrique ! Aujourd’hui, il est incontestable que toute la Côte d’Ivoire se reconnait en Laurent Gbagbo. J’ai parcouru beaucoup de régions qui étaient hostiles au Président Laurent Gbagbo, mais les données ont changé. Les gens sont maintenant convaincus que le Président Laurent Gbagbo est mieux que celui en qui ils ont cru. Nous savons ce que nos frères malinkés disent de  celui qui les a trompés sur toute la ligne depuis 2011. Quand vous avez la vérité mystique, vous ne pouvez pas faire autrement que de dire la vérité. C’est pourquoi, je persistais toujours pour dire que le Président Laurent Gbagbo va revenir. Au moment où les gens disaient que le Président Laurent Gbagbo va faire cent (100) ans en prison et qu’il ne viendra pas vivant en Côte d’Ivoire, je soutenais le contraire. Parce que je savais que j’étais dans la vérité. Il viendra vivre ici selon la volonté de Dieu. Et il va s’inscrire dans l’histoire. Parce que c’est homme de l’histoire et non un homme superficiel, qui n’attend rien de l’argent. Mais qui attend tout de son peuple. Contrairement à ceux qui disent qu’ils ont des milliards.
Le Président Laurent Gbagbo a donné combien de milliards aux Ivoiriens, à l’Afrique, au monde entier pour que tous se mobilisent pour sa libération ? Il est l’homme le plus connu, le plus respecté. Cela veut dire que l’argent n’est rien. En peu de temps, ils ont eu des milliards, mais cet argent leur sert à quoi ? Aussitôt qu’ils donnent ces milliards à quelqu’un, celui-ci se retourne contre eux pour leur dire: «vous mentez». Voyez-vous, les témoins présentés par Bensouda, étaient des témoins de la vérité devant l’histoire.

Le même Robert Bourgi soutient que Ouattara a peur de l’arrivée de Gbagbo en Côte d’Ivoire.
Oui mais c’est tout à fait normal. Le voleur doit avoir peur de ce qui s’est passé. Parce que c’est lui, a commis des erreurs. Aujourd’hui devant l’histoire, devant le peuple ivoirien, avec tout ce qui se passe en Côte d’Ivoire, avec ces morts, Ouattara doit avoir peur. Parce que c’est de la même manière que tu as traité des hommes, des humains, comme des esclaves, en les torturant, que tu dois t’attendre au retour de bâton. On ne peut pas être un humain et traiter ses semblables de la sorte.

Amadou Soumahoro affirme que même si le Président Laurent Gbagbo est libéré, il ne pourra pas franchir l’aéroport s’il vient en Côte d’Ivoire…
Il ne faut pas écouter Amadou Soumahoro. Ce sont des rêveurs. La Côte d’Ivoire ne leur appartient pas. La Côte d’Ivoire appartient aux Ivoiriens. Le Président Laurent Gbagbo est un Ivoirien. C’est parce que le Président Laurent Gbagbo est un Ivoirien qui aime son pays que, ce qui lui est arrivé, est arrivé. Le Président Laurent Gbagbo ne va pas vendre la Côte d’Ivoire comme nous le voyons aujourd’hui. Le Président Laurent Gbagbo ne va jamais le faire. Ce régime a même endetté la Côte d’Ivoire à tel point que pour payer les fonctionnaires, c’est un problème. A chaque fois qu’Amadou Soumahoro dit des méchancetés contre le Président Laurent Gbagbo, il se pique avec un couteau. Parce que quand on veut être comme un bonze, il faut être bonze soi-même. Ce n’est donc pas la peine de lui accorder un crédit. Je pense que les Ivoiriens ne l’écoutent même pas. Parce que l’homme qui dit que quiconque fait ceci ira « au cimetière » ne mérite pas considération. Le retour du Président Laurent Gbagbo ne doit pas les effrayer. Amadou Soumahoro n’a pas besoin de courir. Parce que le Président Laurent Gbagbo est un homme d’honneur. Le mal qu’Amadou Soumahoro est en train de faire, le Président Laurent Gbagbo va le
transformer en bien.
Rappelons-nous l’histoire du préfet qui avait dit que si Gbagbo devient Président il irait s’asseoir au village ? Une fois élu, le premier acte que le Président Laurent Gbagbo a posé, ce fut de nommer ce préfet comme son Directeur de cabinet. C’est ça l’homme ! Dans toute sa grandeur. Il est toujours prêt à partager un repas avec tout le monde, sans distinction. C’est ça Gbagbo ! Combien de fois vous avez vu Amadou Soumahoro dans son état actuel, poser des actes comme cela pour justement donner une certaine dimension au Rdr que nous avons créé ? Combien de fois vous avez vu Alassane Ouattara lui-même poser des actes nobles comme cela, si ce n’est dans le confort de ce qu’il vit entre plusieurs avions ? Je vous le dit, ils sont en train de préparer leur départ. C’est ce qui explique ces déclarations. Nous, on les regarde tout en préparant l’arrivée du Président Laurent Gbagbo.
Que vous l’aimiez ou pas, nulle part ailleurs en Afrique, vous ne verrez pas un ancien président, qui a été accusé de «crime de guerre», «crime contre l’humanité», être aussi aimé par les mêmes Blancs qui l’accusaient hier et qui regrettent aujourd’hui leur acte. Ils se sont en fait, rendu compte qu’ils se sont trompés sur le compte de Ouattara. Le régime Ouattara connaît la vérité. Ils préfèrent faire autre chose. Personne ne pensait que la vérité allait éclater un jour. Et c’est cette vérité qui est en train d’être mise au grand jour. On sait maintenant les transactions qui ont eu lieu. Nous pensons qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Il y a une certitude qui est là. Plausible. Implacable. Un débat politique va se déclencher dans les prochains jours en France sur le cas du Président Laurent Gbagbo. Ça fait huit ans que cette affaire dure. C’est aujourd’hui; nous sommes en train de découvrir la vérité. Les 82 témoins de Fatou Bensouda ont tous dédouané le Président Laurent Gbagbo sur les trois chefs d’accusation dont il est l’objet. A savoir la supposée mort des femmes d’Abobo, le bombardement du marché Siaka Koné d’Abobo et la marche des rebelles sur la Rti. Le Président Laurent Gbagbo est dans la vérité. Et comme il est dans la vérité, il va sortir.

Ah bon !
Le procès n’a plus sa raison d’être. Celui qui t’accuse est en train de te blanchir. L’opinion française a fini par comprendre la forfaiture politique montée de toutes pièces en Côte d’ Ivoire pour déporter Laurent Gbagbo à la Cpi. Aujourd’hui, nous pouvons déjà dire que Gbagbo a gagné ce procès. Ceux qui sont morts inutilement ont gagné ce procès et la vérité a fini par triompher. Nous savons aujourd’hui, à travers ce que nous savons, que le pouvoir a intérêt à se raviser en libérant tous les prisonniers politiques. Que le pouvoir libère maintenant tous les détenus politiques.

Cissé Bacongo demande au Rdr d’aller discuter avec Abou Drahamane Sangaré. Quels commentaires ?
Cela veut dire que l’opération de la Cpi a échoué. Bacongo connait l’issue finale de ce procès. Comme on le voit, il anticipe ce qui va se passer à la Cpi. Mais tout cela est prévu sur le plan spirituel ! Il sait que le Président Laurent Gbagbo va venir! C’est un autre homme qui arrive pour donner à la Côte d’Ivoire une autre image. C’est Dieu qui est en train d’affermir le Président Laurent Gbagbo. Il faut donc rester tranquille. Parce que tout est fini. Ils le savent. Parce que Dieu les a informés. Je demande à Alassane Ouattara de prendre les dispositions pour anticiper la libération de tous les prisonniers politiques et d’encadrer le retour du Président Laurent Gbagbo, pour qu’il y ait la paix après son départ.

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples demande au régime Ouattara de reformer la Cei. Mais le pouvoir refuse de s’exécuter…
Le pouvoir se comporte comme s’il était dans l’opposition. En fait, le pouvoir est en train de se suicider. Pendant que l’opposition est en train de s’organiser pour mieux agir. Le nom du Président Laurent Gbagbo fait trembler le monde. Alassane et Soro le savent. Ils savent ce qu’on leur a dit récemment à Paris. Ce sont des choses qui sont concluantes. Mais comme le pouvoir ne veut pas dire la vérité à la population, il s’accroche aux élections locales avec la Cei.
Nous qui sommes des observateurs de la société ivoirienne, de la politique ivoirienne, notre parti pris, c’est la vérité. Et cette vérité indique, de façon d’abord spirituelle, que ces gens ne sont plus au pouvoir. De façon assez fonctionnelle au niveau du gouvernement, Alassane Ouattara n’est plus en réalité, au pouvoir. Et dans son fort intérieur, Ouattara même ne se sent plus au pouvoir. Parce que quand la dérive nous amène au point où on fait payer les fonctionnaires à partir de la France, alors que Gbagbo s’était inscrit dans l’indépendance de la gestion, on comprend la déroute du ré- gime actuel. La Côte d’Ivoire a besoin de paix. La société civile, les partis politiques ne sont pas là pour se venger comme eux nous ont torturés et persécutés les opposants, tout en confisquant leurs biens. C’est inhumain. Un bon croyant ne peut pas faire cela. Le bon croyant est tolérant. D’où vient ce type de pouvoir si anarchique dans son fonctionnement et si inhumain dans sa gestion ?

Interview réalisée par Yacouba Gbané yacou06336510@yahoo.fr
Le Temps N°4304 du mercredi 14 février 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *