Et si on s’attardait plutôt sur les promesses de redistribution des fruits de la croissance ?

Côte d’Ivoire : Et si on s’attardait plutôt sur les promesses de redistribution des fruits de la croissance ? #Richesses


CIV-lepointsur.com (4-6-2018) A peine s’est-il prononcé dans les colonnes de Jeune Afrique N°2995 du 3 au 9 juin 2018, dans le cadre d’une interview rendue publique le dimanche 3 juin 2018, les propos du Chef de l’Etat ivoirien sur sa probable candidature en 2020 ont suscité beaucoup de passion sur les réseaux sociaux. Si les uns y sont allés sans prendre la pleine mesure des propos d’Alassane Ouattara, les autres l’accusent carrément de trahison.

Et pourtant, dans la même interview, le Président Ouattara a évoqué plusieurs sujets d’intérêt national. Pour toutes fins utiles, voici quelques morceaux choisis de son intervention qui devraient également intéresser ses concitoyens et les observateurs de la scène politique ivoirienne.

A PROPOS DE LA REDISTRIBUTION DES FRUITS DE LA CROISSANCE. « En six ou sept ans, nous avons augmenté la richesse nationale de près de 50% et le revenu par habitant de plus d’un tiers, ce qui est considérable. Quand la situation économique l’a permis, nous avons fait des efforts de redistribution en augmentant les revenus des planteurs, qui ont, sauf l’année dernière (Ndlr : 2017), crû de manière très importante. Pour les travailleurs du privé, le Smig a quasiment doublé. Les salaires des fonctionnaires ont été valorisés pour la première fois depuis un quart de siècle. Résultat : le taux de pauvreté s’est réduit. Mais nous sommes conscients que des efforts restent à faire pour les plus vulnérables. C’est pourquoi l’aide aux plus défavorisés va constituer notre objectif prioritaire pour les deux ou trois années à venir. Nous allons cibler ceux qui ont besoin d’un soutien social immédiat afin de les sortir de la pauvreté et, surtout, de leur trouver un emploi, notamment pour les jeunes ».

 LA POSSIBILITÉ D’UNE VIE APRES LE POUVOIR. « J’ai eu une vie avant le pouvoir et j’en aurai une après, mais je serai toujours disponible pour mon pays, toujours prêt à aider mes successeurs si besoin. Je m’intéresse aussi au partage des idées, aux réflexions en relation avec ma vision de l’Afrique et du monde »

A PROPOS DU MEILLEUR PROFIL POUR UN CANDIDAT CONSENSUEL DANS LE CADRE DU RHDP. « La personne qui aura le plus de compétences et d’expérience. Le président Bédié et moi-même aurons notre mot à dire, mais ce sera un processus démocratique »

A PROPOS DU PROJET D’UNIFICATION DU RDR ET DU PDCI AU SEIN DU RASSEMBLEMENT DES HOUPHOUËTISTES POUR LA DEMOCRATIE ET LA PAIX. « Il est en bonne voie, même s’il y a eu quelques hésitations. Le débat qui a lieu aujourd’hui, en interne, est démocratique. L’un des six partis concernés a d’ailleurs décidé de ne ratifier ni l’accord ni les statuts du parti unifié. Mais quatre l’ont déjà fait, et le PDCI le fera certainement dans les prochaines semaines ».

A la lecture des propos d’Alassane Ouattara, il est évident que sa préoccupation ne se limite pas seulement à rester cramponné au pouvoir. Il met si bien en avant sa volonté d’assurer un mieux-être à ses concitoyens que, nonobstant, cette noble ambition qu’il a déjà réussi à matérialiser, ses détracteurs veulent lui coller une étiquette de dictateur.

Les propos et le titre de l’interview sont tellement révélateurs que le Chef de l’Etat ivoirien n’a pas encore donné sa position définitive concernant la question d’un troisième mandat. Le Président Alassane Ouattara a seulement indiqué qu’il se prononcera sur la question en 2020. Pourquoi alors lui prêter des intentions qui ne sont pas les siennes, si ce n’est une volonté délibérée des auteurs de telles intentions de semer le flou dans l’esprit des citoyens ?

Le faisant, ceux-ci semblent bien réussir un grand coup politique, là où ils n’arrivent pas à détourner les citoyens de la révision de la liste électorale, en vue du boycott actif des prochaines élections régionales et municipales.

Idrissa Konaté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *