Des ministres à l’appel ou à la pelle ???

Notre décryptage :

Ouf ! Le gouvernement qu’agitait frénétiquement Dramane OUATTARA, sous forme d’épée de Damoclès, au dessus surtout de la tête de son actuel souffre-douleur, KONAN Bedié, est enfin connu.

Finalement, les résultats ne prennent nullement à défaut l’adage selon lequel il est vain, pour un époux, de menacer son épouse, dans le 9ème mois de sa grossesse, avec d’extraordinaires prouesses de virilité. N’a-t-elle pas déjà suffisamment vue des vertes et des pas mûres ?

Oui, le ciel est-il vraiment tombé sur la Côte d’Ivoire ? Sûr, notamment, sur le PDCI. En tout cas, il pèsera sur Dramane OUATTARA, seul, la responsabilité exclusive d’apprécier l’amplitude du séisme promis.

Avec cette réserve, hâtons-nous néanmoins de relever, que du point de vue du renouvellement de ce personnel gouvernemental, le constat est vraiment désolant. Rien que du réchauffé, aggravé d’inutiles et non moins budgétivores triplons. Car, même les « nouvelles têtes » ne sont qu’une dizaine de vieilles têtes consolées d’être menées à l’abattoir d’un moribond Parti-unifié.

Diantre, dans un pays où des citoyens, déguerpis sans la moindre mesure sociale d’accompagnement, sont contraints de cohabiter avec les morts dans les cimetières, à quoi sert un tel démembrement des départements ministériels, dans le seul intérêt du copinage, du sabotage des fondements de la démocratie ? À quoi ça sert, alors surtout qu’il est prétendu qu’un tel ultimiste gouvernement, à moins de 24 mois d’un tumultueux 2020, aurait exclusivement vocation à préparer d’existentielles présidentielles ; « présidentielles » du salut collectif ou du chaos massif ?

Chers compatriotes, que vous en semble finalement à la lumière de ces quelques perles ?

Un certain Félix ANOBLE, ancien membre influent du Commando invisible qui a décimé des populations civiles d’Abobo et plusieurs dizaines des forces de maintien d’ordre à Abobo. L’individu a été limogé le mois dernier de son poste de délégué du PDCI de San-Pedro pour indiscipline.
Plus sérieux, et qui fut un véritable pain béni pour OUATTARA, c’est qu’en réaction, l’énergumène proclamait, il y a quelques jours, que BEDIÉ n’incarnait plus l’idéal commun du PDCI…

Ensuite, le Mouvement «En marche sur les traces d’Affi », de ADJOUMANI, revendique, à lui seul, 07 représentants dans ce gouvernement, en claire rétribution de leur présence active au lancement de ce prétendu courant non statutairement reconnu par le PDCI…

In fine, concernant le PDCI, il n’y a que sieurs Thierry TANOH et Jean-Claude KOUASSI, représentant primitivement le canal historique BÉDIÉ…

Siaka OUATTARA, dissident MFA, pour neutraliser ce parti, en opposition à l’ancien ministre MOUTAYE qui revendique présentement la Présidence du parti, est enfin récompensé par OUATTARA…

Au titre du SOROLAND, Sidiki KONATE qui tient un discours hybride, genre apaisement, a été proprement préféré au notoire «sulfureux» Alain LOBOGNON et à la dorénavant irréductible Affoussiata BAMBA, ce, sur proposition écrite de SORO, SORO auquel il avait été «exigé» 03 noms, pour 01 place, au choix ultime et discrétionnaire du dieu trio Alasco-liGON-Hambak…

Joseph SEKA SEKA du P.I.T, dirigeant d’un parti, prétendument de gauche, devenu par la force des cris stridents de la panse, chantre d’un chimérique RHDP-unifié, un conglomérat d’hyper ultra libéraux, obtient enfin son morceau de Gboflotto (galette de blé grillée)…

El Hadj MABRI Toikeusse, après avoir été congédié de façon humiliante, est réadmis à la table du festin, en compagnie de son secrétaire général, Laurent TCHAGA qui approvisionnera très bientôt Bouaké en eau. À ce niveau de l’UDPCI, les merveilles découlent du fait que Docteur crie urbi et orbi qu’il sera, lui aussi, candidat, au titre de son parti ; là où le Babatchê himself, et, au demeurant, d’ores et déjà promu, par le RDR, à la tête du non moins mort-né RHDP, prévient sévèrement les éventuels indisciplinés doublés de téméraires, qu’il n’appartiendra qu’aux primaires, et à seuls, au niveau du RHDP, de (le) désigner qui mettra les pieds à ces présidentielles de 2020, pour le compte de tous ceux qui auront pris part au présent dîner après avoir opté pour le « parti-unifié», parti-unifié qui n’a de sens que pour le seul adoubement du 3ème mandant du Babatchê. Cela n’augure-t-il pas de belles perspectives pour les festivaliers ?

Au titre de l’association-fake de la société civile à ce gouvernement, dame Aimée ZEGBEYOUX, magistrate de son état, actuellement en service à la Cour Suprême, et se jouant jadis les nièces du Président Laurent Gbagbo, originaire de la Commune de Gagnoa, est récompensée de son ultime activisme à l’occasion de l’accueil énigmatique de la dernière visite de GON 1er à GÔTÔ. Elle jouera les doublons, coquille vide au ministère de la Justice. Ko : «Secrétaire d’État auprès du ministère de la Justice chargée des droits de l’homme». Très bien. Son premier travail consistera à se rendre, dès après le premier conseil des ministres de ce jour, à se rendre immédiatement au cimetière municipal de Port-Bouet pour expliquer aux nouveaux pensionnaires encore vivant des lieux, les limites de leurs «droits» vis-à-vis de ceux des morts avec lesquels ils vivent dorénavant.

Au total, toutes ces gymnastiques ne montrent-elles pas à suffisance que Dramane OUATTARA est engluée dans une parfaite confusion. L’homme est témoin des préparatifs de ses propres funérailles. Il se débat, se représentant encore que nous sommes en 2010, où il était parvenu à abuser tout le monde au moyen d’un mensonge professionnellement élaboré, et assaisonné de violences ayant réduit des millions d’ivoiriens à l’aplatissement au sol, aux seules apparitions d’un individu qui leur est sorti de nulle part.
Or, ce temps est bien révolu, et tout montre que ce gouvernement «Floco» du mardi 10 juillet 2018 (inutilement précédé de hourras ), aura été le véritable dernier chant du cygne.

L’Activateur Tchedjougou OUATTARA
Roger Dakouri Diaz

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=198617730825391&id=100020314955349

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *