CPI : dernier jour à la barre du général Detho Letho

 Les vidéos de l’audience du 10 Novembre 2017:
QUELQUES GRANDES LIGNES DU TÉMOIGNAGE DU GL DETOH

*Detoh a été le temoin le plus clair possible dans ses réponses.
*Detoh a été le temoin qui a dit de façon technique que Mangou avait voulu induire le président GBAGBO en erreur lui suggérant de déclarer Abobo « zone de guerre » soutenant que lorsque le mari de la SPLENDIDE leur à fait la proposition de déclarer Abobo zone de guerre pendant la réunion à l’état major au président GBAGBO, Guiai Bi Poin et lui s’y sont opposés farouchement. Malgré ce refus majoritaire Mangou l’a suggéré au Président GBAGBO. Le plus important là encore c’est que le Gle Detoh a affirmé que le président GBAGBO à donner une suite de non recevoir.
*Detoh a montré que son allégeance au pouvoir Dramane n’était pas le fait que GBAGBO aurait perdu les élections bien au contraire car « je soutenais la légalité constitutionnelle et j’étais du côté de la vérité avec le président GBAGBO » mais parce que, sous un angle d’initié que Mangou avait vendu déjà le combat.
*Detoh a celui qui a accablé ouvertement la France, l’onuci et les forces rebelles qu’ils citaient nommément sans détour car il était un témoin direct de toutes leurs réunions à l’hôtel du Golf.
*Detoh a dit devant le monde entier que GBAGBO est un homme de Paix.
*Detoh est celui-là même qui s’est indigné vis-à-vis de la partialité de la CPI qui s’est muée en une justice aux ordres, interrogeant qu’un seul camp, le sien.
*Detoh est celui qui a démontré l’implication direct et partiale de la France dans la crise post électorale.
*Detoh est celui, sans langue de bois a démontré et soutenu de façon académique que les FDS ne sont mêlés ni de près ni de loin à la supposée marche du 3 mars, massacre des 7 femmes et un quelconque bombardement du marché Siaka Koné renvoyant la cours à pencher son enquête vers les rebelles lourdement armé qui avait presque tout le contrôle d’abobo.

Certains diront pourquoi il a été au Golf faire allégeance à Dramane? Pourquoi il s’est fait témoin à charge? Pourquoi il a travaillé au début avec ce régime?
Derrière un clavier et un smartphone on peut se donner l’allure de véritables et intrépides guerrier néanmoins attendez d’être à sa place et nous en saurons davantage sur votre héroïsme.
N’y a-t-il pas un adage qui dit « tout ce que Dieu fait est bon »? Réjouissons-Nous donc que tous les témoins de la procureure soient issus de notre camp. *** Detoh aurait pu incriminer le régime GBAGBO et faire un témoignage mensonger! Que non. Il a dit sa verite* depuis Abidjan* à visage découvert*.***

Merci Général. Prompt rétablissement. Que Dieu ait sa main sur ta vie. Merci aux Généraux Guiai Bi Poin et Kassaraté Édouard Tiape.
Armando Le Grand 

_______________

Reconstitution fidèle de la tragédie ivoirienne :
DETOH Letho, une précieuse pièce à conviction contre la France, après Mediapart !

Il est de connaissance publique que, nous concernant, prenant appui sur un principe d’essence morale, une personne honnête, sérieuse, en tout cas responsable, ayant bénéficié, d’une sorte ou d’une autre, des bienfaits du magistère de Gbagbo, n’aurait jamais dû inscrire son nom, sur une maudite liste baptisée «témoins à charge, contre GBAGBO Laurent». C’est d’ailleurs le seul et vrai motif pour lequel notre meilleure attention n’a jamais été retenue, jusqu’ici, par le défilé, devant cette Cour Pénale internationale, de tous ceux qui ont occupé des positions élevées, sous l’homme.
Et, au regard du trésor d’efforts que la presque totalité de ces personnes a déployé pour édulcorer des pans essentiels de ce qui s’est réellement passé en Côte d’Ivoire, ces personnes indignes n’ont pas réussi à nous faire menteur. Car, soit, certains ont délibérément opté pour de nauséeuses demies-vérités, sur fond d’équilibrisme, comme un certain Sam l’Africain et consorts Bredou M’bia, soit, d’autres, comme cet ignoble fils du Pasteur de Yopougon-Kouté, pour un merveilleux ticket, en vue d’une place aux côtés de Satan, en choisissant carrément le mensonge.

Or, la gigantesque difficulté, dans cette affaire, réside, pour les témoins, dans le fait que tout le monde, y compris même les 3 juges de cette Cour, avant l’ouverture même du procès, sait ce qui s’est réellement passé en Côte d’Ivoire, de septembre 2002 à avril 2011.

Dès lors, choisir de travestir délibérément cette histoire fraîche de la Côte d’Ivoire, ne rime à rien d’autre que le choix de la pire des options périlleuses pour le restant de son existence, non pas, en raison des menaces sur l’intégrité physique du menteur, de la part de ses contemporains, mais sous le poids de sa conscience chargée, à vie.

C’est pourquoi, force est de constater que, parmi ces dizaines de généraux, appelés à l’existence par la seule et unique signature de GBAGBO Laurent, un seul s’est résolu, devant la barre de la Cpi, à faire entièrement et fidèlement corps avec la vérité, toute la vérité. Par une telle résolution, le général DETOH Letho décide ainsi opportunément, pour le restant de son existence, à ne point surcharger inutilement sa conscience avec du mensonge, ce, quoique cela lui en coûte.

Aussi en présence du monde entier, et droit dans les yeux, le général DETHO Letho restitue-t-il, dans sa globalité et cruauté, ce que les ivoiriens ont souffert. L’homme n’entend même pas être débiteur d’une once de vérité, au point où, lui, un simple témoin, s’érige, avec hargne, en procureur, pour requérir contre la partialité frappante du Procureur de la Cpi.

Extraordinaire !

L’image contient peut-être : 1 personne

À la vérité, oui, le général DETHO Letho restitue la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, sur ce qui s’est effectivement passé en Côte d’Ivoire de 2002 à 2011, et surtout, sur ce qu’il a fait ensemble, hors nos regards, avec les rebelles.

Oui, c’est ce courage, pour le Général DETHO Letoh, de révéler, sans bégayer, les préparatifs, depuis le Golf, et l’injustifiable implication directe de la France dans les bombardements meurtriers des ivoiriens, qui lui vaut, à jamais, de notre part, une totale absolution.

Oui, l’homme, un Général d’armée, Commandant des Forces terrestres de Côte d’Ivoire, a certes gravement fauté, en abandonnant ses troupes, pour rallier l’ennemi. C’est un fait.
Mais au regard de cette seule et gigantesque révélation sur le pernicieux antre du Golf, ôtant dorénavant, et du coup, tout moyen de dénégation à la France, dans ces autres meurtres massifs commis en Côte d’Ivoire, pendant la crise post-électorale, le général DETOH Letho doit être totalement réhabilité dans la conscience collective. Il doit d’autant l’être que l’homme constitue dorénavant pour les ivoiriens, une authentique pièce à conviction, dans les actions judiciaires imminentes qui s’imposent à nous
contre cette France.

Autrement, quant au fond de cette affaire, personne ne parviendra à faire condamner GBAGBO, ni par la confiscation de la vérité, ni par sa libération partielle ou totale.

L’Activateur Tchedjougo OUATTARA
Roger Dakouri Diaz

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *