Comment Cuba guide le monde dans la lutte contre le coronavirus

par Alan Mcleod.

Alors que Cuba envoie des médecins dans le monde entier pour aider à combattre le coronavirus, un médicament antiviral cubain, l’Interferon Alpha 2b, aide des pays comme la Chine à endiguer l’épidémie.

Alors que le gouvernement américain complique les efforts de traitement du coronavirus dans le monde et utilise la pandémie pour accroître la pression sur les pays déjà soumis aux sanctions américaines, notamment l’Iran, la Syrie et le Venezuela, la petite île de Cuba, elle-même cible de la colère de Washington, mène la lutte contre la propagation du COVID-19.

Et tandis que l’administration Trump réduit le budget du Centre de Contrôle des Maladies dans un contexte de pandémie, la Chine semble avoir pris en main la question du coronavirus. Pékin n’a signalé que 16 nouveaux cas de ce virus hier, et le nombre total de cas est désormais plus élevé en dehors de la Chine continentale qu’à l’intérieur.

Un médicament antiviral cubain, l’Interferon Alpha 2b, a largement contribué à réduire le nombre de décès. Selon le Dr Luis Herrera Martinez, spécialiste cubain en biotechnologie, ce médicament « prévient l’aggravation et les complications chez les patients, atteignant un stade qui peut finalement entraîner la mort ». Il est produit en Chine depuis 2003 dans le cadre d’un partenariat avec l’industrie pharmaceutique cubaine appartenant à l’État. Les interférons sont un groupe de protéines de « signalisation », explique le Dr Helen Yaffe de l’Université de Glasgow, experte sur Cuba. Ces protéines sont produites et libérées par l’organisme en réponse à des infections et alertent les cellules voisines pour qu’elles renforcent leurs défenses antivirales. Il ne s’agit pas d’un remède ou d’un vaccin contre le COVID-19, mais plutôt d’un antiviral qui renforce le système immunitaire humain.

Cuba l’a utilisé pour lutter contre les épidémies de dengue, une maladie fréquente sur l’île infestée de moustiques. Le gouvernement de Castro a été contraint de développer une industrie pharmaceutique forte en raison de l’embargo américain constant. Cuba estime que les décennies de sanctions, continuellement déclarées illégales par les Nations Unies, lui ont coûté plus de 750 milliards de dollars.

Aujourd’hui, le gouvernement cubain a offert un refuge au bateau de croisière immobilisé, le MS Braemar. Le navire a à son bord cinq cas confirmés de COVID-19 et avait été refoulé par la Barbade et les Bahamas.

Bien qu’elle ait confirmé ses propres premiers cas, l’île continue d’exporter des professionnels de la santé vers le reste du monde. Hier, le Ministre jamaïcain de la Santé Christopher Tufton a annoncé que 21 infirmières de son voisin allaient bientôt arriver, les premières de plus de 100, espère-t-il. Mais Cuba a également envoyé des médecins dans des pays plus avancés, comme l’Italie.

Médecins cubains et chinois arrivant en Italie pour assister les autorités sanitaires.

Cuba dispose de l’Interferon Alpha-2B, puissant dans le traitement des coronavirus et la Chine a l’expérience d’avoir surmonté le pic d’infections sur son territoire.

Sarpoma Sefa-Boakye, une médecin ghanéenne-américaine qui a étudié gratuitement à La Havane et qui pratique maintenant en Californie, a déclaré à MintPress : « Vous n’entendez pas parler des contributions de Cuba en matière de santé aux États-Unis ». Elle affirme qu’il y a plus de médecins cubains en Afrique que de médecins africains et que l’île des Caraïbes forme plus d’Africains à la médecine que toute l’Afrique. Elle a entendu parler pour la première fois de la possibilité de bourses pour les Américains pendant ses études au Ghana. Elle note que Cuba est bien placée pour combattre le coronavirus en raison de sa culture de mise en quarantaine pour des virus et de son expérience dans la lutte contre la dengue.

Malgré le manque de tests, les États-Unis comptent plus de 4 000 cas confirmés de COVID-19. Il n’y a pas eu un seul plan centralisé du gouvernement ; au lieu de cela, différentes autorités ont promulgué différentes lois, avec des degrés de sévérité variables. La ville de New York, par exemple, sera en confinement demain, avec la fermeture de toutes les écoles, universités et magasins non essentiels. En revanche, d’autres villes restent presque entièrement normalisées.

Le Dr Sefa-Boakye a indiqué que des mesures strictes étaient nécessaires de toute urgence pour lutter contre la propagation du virus ;

« La mise en quarantaine doit être le seul moyen de contrôler la propagation », a-t-elle déclaré. « La science vous le dira, vous parlez à n’importe quel biologiste ou à quiconque a suivi un cours de science fondamentale : les virus se répliquent. C’est ainsi qu’ils se déplacent. Ils ont besoin d’un hôte et d’une source. J’ai appris cela à Cuba ». Elle a également averti que les États-Unis « font face à une augmentation de la transmission en raison de notre manque d’infrastructure ».

7 gestes pour prévenir la propagation du virus

Dans le monde, le nombre de cas confirmés a atteint plus de 175 000 aujourd’hui, avec 6 717 décès. Le COVID-19 a maintenant atteint une grande majorité de pays. Les professionnels de la santé exhortent tout le monde à réduire au minimum nécessaire les contacts avec les autres personnes, à se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, à éviter de se toucher le visage et à se couvrir la bouche avec le coude lorsqu’ils toussent ou éternuent.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a conseillé aux pays de vérifier tous les cas potentiels.

« Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés. Nous avons un message simple pour tous les pays : faites des tests, faites des tests, faites des tests », a déclaré le Directeur Général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Cet incroyable esprit de solidarité humaine doit devenir encore plus infectieux que le coronavirus lui-même. Bien que nous devions être physiquement séparés les uns des autres pendant un certain temps, nous pouvons nous rassembler comme jamais auparavant… Nous sommes tous dans le même bateau. Et nous ne pouvons réussir qu’ensemble », a-t-il ajouté.

C’est cette philosophie qui a été le moteur du système de santé révolutionnaire de Cuba pendant 60 ans.

source : How Cuba is Leading the World in the Fight Against Coronavirus

traduit par Réseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *